À quoi sert la journée internationale de l’homme ?

C’est complètement dingue. On en apprend tous les jours. Y a le lot des bonnes surprises, qui vous donnent la niaque pour la journée, mais y a aussi le contrecoup parce qu’on choisit pas toujours ce qu’on apprend. C’est comme ça.

Bref, ce mardi de novembre, malgré le froid, un sourire scindait mon visage. Ma tête s’affairait déjà au travail devant la montagne de tâches à réaliser avant le grand soir, alors que mes jambes pédalaient frénétiquement sur le vélo-Toulouse rasant çà et là les automobilistes paniqués. Un matin normal quoi.

4

Sauf que badaboum, errant avec mon café sur des sites très peu recommandables (oui les sites sérieux, objectifs, impartiaux tout ça tout ça), je tombe sur ce magnifique article. Qui m’apprend (oui, d’où le début de l’article. Ça va vous suivez ? Vous voulez du pop-corn ?)… Je disais, ce site m’apprend qu’il y a une « journée internationale de l’homme ». Quelle drôle d’idée…

Pourquoi ces journées ?

Bon de base, moi je pensais qu’on faisait des « journées internationales » pour des causes, quitte à ce qu’elles soient un peu naïves. On trouve la journée internationale de la paix, des migrants et des réfugiés, contre le cancer, le handicap, plusieurs maladies, la justice sociale…etc. Bref, c’est beau les oiseaux chantent.

Parmi ces journées certaines ont une histoire importante, une histoire de lutte par exemple. Au hasard, la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, appelée avec mépris, « journée de la femme », est un héritage historique loin d’être folklorique comme le patriarcat aimerait qu’on le pense.1

Sauf que voilà, dans ma vision un peu angélique, j’avais oublié qu’on pouvait faire des journées de tout et n’importe quoi. Sûrement histoire de noyer ce qu’il y a réellement un sens universel. Alors nous avons par exemple :

  • 5 février : journée mondiale du Nutella, j’imagine que c’est une cause internationale…
  • 28 février : journée mondiale sans Facebook, autant faire une journée mondiale sans respirer…
  • 11 mars : journée mondiale de la plomberie, merci Mario Bross…
  • 24 mars : journée mondiale de la courtoisie au volant, la grosse blague…
  • 3 mai : journée mondiale du soleil, bon heureusement qu’il est là c’est vrai.
  • 21 juin : journée mondiale de la lenteur, oh s’il vous plaît, faites en un jour férié !!
  • 31 août : journée mondiale du blog, les blogs… quel intérêt ?
  • 26 octobre : journée mondiale des pâtes, je sais pas pour vous, mais moi c’est tous les jours.
  • 5 décembre : journée mondiale du Ninja, faites gaffe à vous quand même !

Et à tout cela s’ajoute, la journée de l’homme. Oui mais en fait, ce qui pourrait être une grosse blague comme la journée du Nutella (j’espère que je vais toucher un peu d’argent… à force), se transforme en espèce de frustration intestine de l’homme auquel, il faut avouer, on est plutôt habitués. La journée internationale des luttes des droits des femmes n’est pas le miroir de la journée de l’homme. Et ça, nos homo-phallus ont un peu de mal à l’accepter, donc ils décident de se plaindre… Bienvenue dans un monde fantastique…

Les tourments de l’homme moderne

Oh que c’est dur d’être un homme ! C’est en tout cas ce que nous dit Le Point. Des problèmes tout le monde en a. On pourrait s’en amuser, après tout, les problèmes de dominant ça existe. Sauf que ce que ne dit pas l’article c’est que les problèmes exposés sont exactement 3les axes stratégiques de communication des masculinistes. Ah tiens, on passe de la journée de l’homme à la journée contre les femmes… Voyez plutôt.

Il y a plus de suicide chez les hommes ? C’est vrai ! Pourtant, les hommes sont ceux qui subissent le moins de domination sociale et économique. Ce sont ceux qui, d’après leurs stéréotypes de genre, sont le moins exposés aux élans sentimentaux irrationnels. C’est peut-être que l’échec, chez les hommes, c’est un peu une négation de la virilité. C’en est à tel point qu’échouer à se suicider c’est la loose suprême.

  • Et oui, on vous a pas dit ? Les femmes tentent plus de se suicider, elles réussissent moins. Soyons sûr que la proximité des hommes avec les armes, dans leur volonté d’affirmation de leur pouvoir, n’y est pas pour rien.

Les pères sont les négligés de la justice dans les divorces ? Argument masculiniste typique. On voit des papas pleurer de chaudes larmes devant les caméras et monter couilleusement (ouais ça n’existe pas, bon) sur des grues ou monuments. Une stratégie qui n’a rien de spontané puisqu’elle vient directement des expériences étrangères en la matière (Canada, Angleterre,…)

  • Bon et sinon, sur le fond ? Dans les divorces/séparations, parmi les couples qui vont devant un-e juge des affaires familiales (pas tous donc), dans seulement 2% des cas il y a conflit autour de la garde de l’enfant. Il y a alors soit garde alternée imposée, soit garde maternelle ou paternelle imposée. La différence, dans ces cas, entre garde maternelle et paternelle représente 0,8% des enfants qui vivent la séparation de leurs parents. Pas bésef hein ?
  • 75% des pères ne veulent pas de la garde alternée, d’ailleurs, ça reflète bien le fait que ce sont en écrasante majorité les femmes qui s’en occupent. Mais voyez, la culture patriarcale enseigne aux hommes que les enfants sont leurs propriété. De là à changer leurs couches, leur faire à manger et les amener à l’école…2
  • Les lois que tentent de faire passer les masculinistes au sujet de la garde consistent essentiellement à conserver le droit à la garde alternée même en cas d’accusation de violences familiales ou d’inceste. Normal quoi…

Les garçons sont moins diplômés que les filles ? C’est vrai ! Mais ils poursuivent les études les plus valorisantes économiquement et socialement. Ils détiennent également les postes de direction dans tous les domaines économiques, y compris ceux qui correspondent aux stéréotypes féminins. Les masculinistes s’attaquent souvent au système scolaire comme étant construit pour la docilité des filles, qui, du coup, réussissent mieux. Ironique quand on regarde l’histoire de la scolarisation dans notre pays.

Bref, à la question que pose l’article « à quoi sert la journée internationale de l’homme ? », la réponse est « à combattre les droits des femmes ». J’attends avec impatience que dans sa folle clairvoyance, Le Point nous délivre également tous les tiraillements ultra-violents que subissent les riches. Détermination sociale à être brillant, choix cornélien entre Porsche et Ferrari, ou entre les Bahamas et Bora-Bora. La suite bientôt ?

Romain JAMMES

4

Publicités

Jeudi 21 mars : La surprise masculiniste !

Depuis des années, un groupe d’hommes travaille dans l’ombre pour ce qu’ils appellent le « Le grand soir jour ». Une vraie révolution selon certains, un cataclysme social qui rebattra toutes les cartes et permettra enfin aux hommes de prendre le pouvoir !

Pour l’Art et la Manière, nous avons suivi les préparatifs d’une journée pas comme les autres…

p3

Un plan com’ digne de Euro-RSCG

« Aujourd’hui, tout repose sur la médiatisation. On peut être des millions d’hommes à souffrir sans que personne ne le sache. » explique Alain, 33 ans. La communication de l’événement a donc fait l’objet d’une attention toute particulière. Les militants ont pris le soin de rencontrer un à un les patrons des principaux médias de l’hexagone, s’assurant d’un traitement tout à fait neutre des flash-mob en préparation.p

Le coup d’envoi a été sonné par ces deux pères célibataires montant en haut d’une grue. « Ce sont deux victimes tout à fait représentatives du mal profond qui traverse notre société. Les femmes contrôlent la famille et particulièrement les enfants. Elles règnent sans partage et préparent les générations futures à perpétrer cette domination ». Quoi qu’il en soit, le message est passé en boucle sur toutes les chaînes TV, révélant à l’opinion la condition souvent difficile des hommes dans notre pays.

L’idée a évidemment fait tâche d’huile. Un autre père opprimé est monté jusqu’à Evry, ancienne ville de Manuel Valls, la journée du 8 mars, où les femmes descendaient dans la rue pour défendre leurs droits. Un symbole qui n’a pas échappé aux organisateurs : « C’est très courageux de sa part, peu d’hommes auraient osé agir ce jour là, quand on sait la capacité des p6femmes à nous nuire. » Francis parle en connaissance de cause, l’année dernière, il a dû payer une lourde amende pour avoir tenté de coucher de force avec une jeune femme ivre : « elle ne demandait que ça, vu comment elle s’était habillée… Faut pas qu’elle s’étonne après ».

Surtout, ne rien oublier !

Une fois le contexte favorable installé. Le plan des « masculinistes » n’avait plus qu’à s’exécuter. Durant des années, le groupe s’est entendu avec les dirigeants économiques, politiques et médiatiques du pays pour faire de ce jour un jour historique.

Le MEDEF, organisation partenaire de l’événement, a promis de payer les hommes 27% de plus que les femmes ce 21 mars. Les femmes se verront imposer des temps partiels ou ne seront tout simplement pas embauchés par peur de leur futur grossesse. Decaux et les différentes régies publicitaires sont également à l’œuvre. Partout dans le pays seront affichées des femmes dénudées pour vendre toute une variété de produit, des haricots verts à lap4 voiture de sport. Les principaux partis politiques ont aussi joué le jeu en envoyant 73% d’hommes à l’Assemblée nationale pour l’occasion. L’association des maires de France a également frappé fort en ne laissant que 8% de femmes à la tête des mairies et en donnant aux hommes toutes les délégations les plus stratégiques (budget, développement économique…)

Le monde de la culture et des médias s’est également engagé dans l’opération. Les principaux théâtres et opéras n’ont programmés que des spectacles réalisés par des hommes. Les musiciens sur les grandes scènes nationales seront masculins, les films projetés produits, réalisés et joués par la gente masculine. Les femmes ne seront que les bagages accompagnés ou les récompenses des différents héros. Les chaînes de télévision mettront essentiellement en scène des hommes quand il s’agira de présenter des sujets sérieux et des femmes pour la mode, le maquillage, les enfants ou simplement pour faire les potiches.

Les forces de l’ordre sont évidemment sur le coup. Les plaintes pour viol seront quasi-systématiquement mises en cause et les agresseurs essentiellement pardonnés. Une femme sera violée toutes les 7 minutes. Dans les couples de la France entière, de nombreux p2hommes ont promis d’insulter de frapper ou simplement de mettre des pressions psychologiques fortes sur leurs femmes. De hordes d’hommes seront également installées sur les trottoirs pour draguer subtilement toutes les femmes dans la rue.

Enfin, surprise de dernière minute, même les réseaux mafieux ramèneront pour l’occasion 25 000 prostituées venues de diverses origines pour un défouloir général au services des hommes. Un élan populaire général que le gouvernement n’a pas manqué de saluer en promettant lui-même d’accentuer les politiques d’austérité condamnant de nombreuses femmes dans l’austérité.

Évidemment , l’événement fait polémique dans les milieux féministes. « Des réactions hystériques qui montrent qu’on a touché juste, dans les fondements de leur domination. » précise Alain. Il ne nous reste plus qu’à leur souhaiter un peu de patience, après tout, ce n’est pas comme si c’était tous les jours ce Printemps des pères

Romain JAMMES