Une liste aléatoire, pas rangée, évolutive (et à compléter) des choses qu’on a
(aussi)
Le DROIT* de faire quand on est une femme
(Rappel !)

 

 

1. Ne pas être en retrait
2. Ne pas se laisser mettre en retrait
3. Ne pas porter de talons-hauts (pour s’enfuir/aller plus loin/avoir moins mal aux pieds)
4. Etre vulgaire et injurieuse (relire le titre de l’article)
5. Parler fort
6. Couper la parole
7. Dire des conneries ou des choses intelligentes hein avec aplomb (beaucoup d’aplomb)
8. Soutenir le regard
9. Ne pas rire (par complaisance, pour faire plaisir, pour mettre à l’aise, pour créer le désir)
10. Ne pas sourire (pareil)
11. Ne pas avoir le sentiment d’obligation de séduire (par le vêtement, par le parfum, par la chaussure, par le sous-vêtement, par la coiffure, par le maquillage, par l’attitude)
12. Porter des trucs vachement lourds (re-re-lire le titre de l’article)
13. Aider un homme à porter sa valise à la gare, et puis une femme aussi
14. Etre galante (Payer l’addition, tenir la porte)
15. Ne pas se faire les ongles (gain de temps, d’argent, pour plein d’autres trucs)
16. Ne pas s’épiler (temps, souffrance, argent, domination masculine, séduction forcée intériorisée, reproduction inconsciente des désirs masculins imposés)
17. Ne pas avoir les cheveux longs
18. Ne pas suivre les modes
19. Débattre, réagir, commenter, râler, critiquer, s’indigner, contredire
20. Gagner plus que son/sa/ses compagn/e/s/ons
21. Ne pas se soucier des autres avant soi
22. Ne plus faire ce que l’on ne veut pas faire (Ne plus)
23. N’avoir jamais mis et avoir pour projet de ne jamais mettre les pieds dans une cuisine ni les mains dans un évier
24. Ne pas regarder de tuto YouTube qui nous disent comment il faut être, comment il faut faire
25. Faire rire
26. Ne pas être « arrangeante »
27. Ne pas trop être d’accord
28. Ne pas être douce, délicate et appliquée
29. Ne pas se mettre en colère contre son corps
30. Ne pas avoir peur ni du risque, ni de se tromper
31. Etre brute
32. Etre confiante
33. Ouvrir les huîtres à Noël plutôt que d’installer le chemin de table (ou les deux)
34. Boire trop de vin à table
35. Ne pas compter les calories
36. Rire trop fort
37. Faire des monologues en public (beaucoup, et très longs)
38. Ne pas faire de régime
39. Ne pas s’intéresser à a nutrition
40. Ne pas avoir peur de vieillir
41. Etre autoritaire
42. Avoir de l’ambition
43. Etre et faire pour soi, pas pour les autres
44. Etre casse-cou
45. Ne pas être trop sage
46. Ne pas être mince
47. Etre fière
48. Ne pas avoir peur quand la nuit tombe
49. Ne pas être gracieuse
50. Ne pas se laisser définir
51. Regarder du porno (féministe !)
52. « Exister sans son corps »*
53. Penser, écrire, ne pas être d’accord
54. Etre forte ou s’en convaincre
55. Ne pas scroller les tableaux Pinterest suivants : Flat belly, Weekly abs, Green smoothie, SuperFood, Low calorie diet, military diet, Makeup tutos, cooking tips, Amazing tips for a healthy and glowing skin, crafts
56. Ne pas suivre cette liste
57. Ne pas ne pas suivre cette liste
58. Etre tout ce que l’on est, et surtout tout ce que l’on ne s’autorise pas à être
59. Ne pas se laisser dicter sa conduite par des listes qui nous somment de le faire

« Non, décidément, il n’y a pas de mal à « vouloir être belle ». Mais il serait peut-être temps de reconnaître qu’il n’y a aucun mal à vouloir être.»*

A décliner au masculin…

*Mona Chollet, Beauté Fatale (2012), Les nouveaux visages d’une aliénation féminine, La découverte, Zones, Paris

 

Julia

« Changez votre photo de profil »

homme-anonymat-anonyme-feuille-aluminium-00-ban

Les périodes de vives émotions ne sont pas toujours les meilleures pour réfléchir. Je ne nous prends pas pour des imbéciles, pas plus que je prends pour des psychopathes celles ceux qui essayent malgré tout de raisonner, voire d’apporter de l’humour à ce qui est effroyable. Je dis ça avant toute chose pour ne pas recevoir les sempiternelles remarques larmoyantes me rappelant qu’il y a des morts et qu’au fond, cela rend secondaire la nature de la commémoration qu’on leur porte. Je ne le pense pas, surtout quand des morts sont aussi politiques.

Dans la fanfare générale j’ai donc exprimé mon doute sur ces photos de profil aux filtres tricolores qui se multipliaient parmi mes « ami-e-s ». Que n’ai-je pas tourné 7 fois mes doigts dans ma bouche avant de blasphémer…

L’effroi de l’uniformité

Sans d’abord trop y réfléchir, j’ai eu un profond malaise à voir toutes ces photos de profil. Un malaise sans rapport aux trois couleurs car je suis profondément républicain, et comme la République a créé la nation, les symboles de la nation sont ceux de la République (même si tout le monde ne le voit pas comme ça). Ce malaise c’était la masse et l’uniformité du changement de photo de profil.1

Je n’ai bien sûr rien contre le principe de réactions massives face à de tels actes, ou même dans d’autres cas pour défendre une idée, ou ses droits… Mais la masse couplée à l’uniformité a clairement créé deux camps dans mes ami-e-s facebook : ceux qui l’ont et ceux qui ne l’ont pas. Avec comme corollaire 3 conséquences immédiates dans la communauté :

  • D’abord, l’effacement de toute autre forme d’expression liée aux événements. Ils existent, mais s’effacent devant une réaction si visible d’un coup d’œil et si partagée au sein de nos contacts.
  • Ensuite, le sentiment de culpabilité de ne pas réagir à la hauteur des événements quand la tristesse est aussi universellement partagée. En d’autres termes, on est tous dans le fond, et certains se baladent avec un badge « je suis dans le fond », au point qu’on se demande, comme on ne le porte pas spécialement, si on est pas un immonde connard qui n’est pas tant dans le fond que ça, ou si on va pas passer pour cet immonde connard sans ce badge.
  • Enfin, en lien avec les deux précédents, c’est l’injonction de porter la même chose. Elle s’opère par le collectif qui vous pousse à l’uniformité, mais aussi par Facebook qui met en place un système d’indignation en un clic (j’y reviendrai, mais il y a des pistes ici).

Il y a donc une espèce d’oppression dans le phénomène. Mais s’il ne s’agissait que de ma personne je m’en foutrais (quoi que…) Mais derrière cette oppression il y a un phénomène bien plus inquiétant qu’on a vu apparaître en janvier dernier.

L’unanimisme excluant

Ce phénomène c’est celui de l’unanimisme décrété. En janvier dernier, le « Je suis Charlie » était une réaction légitime aux attentats. Mais sa dérive en unanimisme a créé un malaise profond dans notre société et rejeté ceux qui ne s’y sentaient pas 2spécialement à l’aise, quelles que soient les raisons.

En clair, il y a eu une injonction collective à adhérer à la République, ce qui est la négation même de la République. Beaucoup de français ne se sentent pas en « Liberté, Égalité, Fraternité ». Souvent à raison, car ils sont montré du doigt pour leur origine, leur religion, leur sexualité ou leurs opinions politiques parfois. L’injonction a donc accentué un gouffre entre ces personnes et la République. Or, elle est, de mon point de vue, le meilleur outil pour combattre le fanatisme des terroristes : à travers ses valeurs, son universalité, ses services publics, son partage des richesses (pour le peu qu’il en reste).

Quand la plus grosse ordure politique pouvait dire « Je suis Charlie » et que beaucoup de citoyens honnêtes ne s’y reconnaissent pas, l’expression n’a plus vraiment le sens qu’elle voulait avoir au départ.

Ce phénomène, j’ai l’impression de le revivre, à une autre échelle, avec d’autres outils, mais dans la même logique contre-productive. La démonstration en a été les insultes et l’agressivité qui m’ont visé dans la simple interrogation des photos de profil partagées aussi bien par des ami-e-s bien à gauche et Florian Philippot, un des leaders du FN.

L’indignation comme produit

Enfin, pour le dessert, le malaise a aussi été celui de la proposition (ou l’injonction « Changez votre photo de profil ») de Facebook, ce qui n’était pas forcément le cas pour « Je suis Charlie ». Le réseau social en avait certainement tiré les leçons pour être fin prêt pour le prochain drame. (Et voulait en profiter ?)3

Le fait qu’une grande entreprise comme Facebook choisisse les formes de notre indignation n’a rien de très anodin. Au fond, tout objet moral ou physique qu’une firme capitaliste reprend est uniformisé dans la perspective d’une meilleure efficacité pour un meilleur rendement. Nous avons des maisons fabriquées toutes pareilles, des fringues toutes pareilles, des tables et des chaises bon marché toutes pareilles, des albums tous pareils que les standards nous imposent.

Nous n’avions pas, jusque-là, notre commémoration collective toute pareille. L’indignation et la résistance transformée en produit marketing. Mais on n’arrête pas le progrès.

Le samedi, une amie (qui avait la fameuse photo de profil, ce qui ne m’a pas empêché de la lire) a cité un commentaire sur le site de New-York Times :

« La France incarne tout ce que les fanatiques religieux haïssent : la jouissance de la vie ici, sur terre, d’une multitude de manières ; une tasse de café qui sent bon, accompagnée d’un croissant, un matin ; de belles femmes en robes courtes souriant librement dans la rue ; l’odeur du pain chaud ; une bouteille de vin partagée avec des amis, quelques gouttes de parfum, des enfants jouant au jardin du Luxembourg, le droit de ne pas croire en Dieu, de ne pas s’inquiéter des calories, de flirter et de fumer, et de faire l’amour hors mariage, de prendre des vacances, de lire n’importe quel livre, d’aller à l’école gratuitement, de jouer, de rire, de débattre, de se moquer des prélats comme des hommes et des femmes politiques, de remettre les angoisses à plus tard : après la mort. Aucun pays ne profite aussi bien de la vie sur terre que la France. »

J’étais fier en lisant ça, fier de notre culture, de notre manière de vivre, de notre capacité à être subversifs, à briser des cadres. Mais cette photo de profil, c’est au fond diamétralement l’inverse de ce symbole. C’est la froideur de l’uniformité plutôt que la diversité qui nous rend vivant. C’est l’unanimisme autoritaire plutôt que la confrontation des points de vue et la raison comme seule guide…

Vive la République.

Romain JAMMES

Je ne donne plus mon sang…

dexter604-tt-width-604-height-400-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000

La première fois que j’ai donné mon sang, c’était à la fac d’Evry. Je crois que ça fait 10 ans. Merde, ça passe vite 10 ans. J’avais 18 piges, les dents qui vont avec, et le petit pécule que me donnait ma mère pour bouffer le midi. Le don du sang, c’était pour moi un sandwich gratos, donc de quoi se payer une bière le soir. Faire un beau geste, finalement, ça tient à peu de choses.

Mais aujourd’hui ça a changé. Bon j’ai de quoi me payer la bouffe le midi, mais c’est pas ce qui m’a détourné de la pompe à hémoglobine. Manifestement, depuis mes 18 ans, mon sang est devenu impur. Tant qu’il n’abreuve les sillons de personnes…

Qu’un sang impur

Tout d’abord, il faut rappeler une chose, le don du sang, comme beaucoup de trop de choses dans notre pays, c’est régi par une bureaucratie. Une bureaucratie, ça fait pas dans le détail, un peu comme les colons avec le découpage de l’Afrique. C’est chirurgical, précis, mais ça n’a pas grand rapport avec la réalité. Comme si un immense quadrillage tombait sur la France et décidait de la découper en 13 régions qui n’ont pas le moindre sens… Ah ah, heureusement, on en est loin…

Donner du sang étranger à un corps, ça comporte forcément un certain nombre de risques. Certes moins que de lui en enlever en espérant qu’il guérisse mieux, il y a quelques progrès en médecine. Mais rien n’est 100% sûr. Parmi les risques, il y a évidemment celui d’un sang du donneur infecté. On parle du VIH, mais ça peut concerner plein d’autres virus/maladies.

Donc le principe de la bureaucratie, dans ces cas-là, c’est de fixer un taux. Parfois ça sort de nulle part, parfois c’est plus scientifique. Pour ce cas je ne sais pas, j’espère que c’est plus scientifique que les 3% de déficit autorisé par Bruxelles par exemple. Ce taux de contamination chez une population divise ainsi les donneurs volontaires en deux catégories : ceux qui sont «  à risque » et les autres.

Vous l’aurez compris, les homosexuels… Du moins tout homme ayant été pénétré par un pénis (ce qui est en soi une définition contestable de l’homosexualité)… Donc les homosexuels, dans cette définition, ont un taux de contamination au-dessus dudit taux accepté. A priori rien de moral, la simple froideur de l’administration, si je ne considère pas les raisons qui ont amené à fixer ce taux en particulier (que j’ignore). Si on ne considère pas non plus la trouvaille du gouvernement qui consiste à donner l’autorisation au bout d’un an d’abstinence. Peut-être une manière de dire « ok, mais seulement si vous regrettez ! » Soyons un peu sérieux…

Seulement voilà, moi qui n’ai jamais eu d’expérience homosexuelle (dans la stricte définition de l’EFS), je ne suis pas pour autant assez « safe » pour partager mes globules rouges. Amis pédés, frères d’impureté… je vous salue.

don-du-sang-gay-770x295

Question de mœurs

Je peux comprendre qu’il faille un moment fixer un taux, quitte à le revoir régulièrement. Mais mon expérience du refus a été loin de ce qu’on peut s’imaginer de l’extérieur. Jusque-là, j’avais répondu assez innocemment aux questions. Puis un jour la médecin (Mme. Quinn disons) s’arrête, me regarde, et me dit « Vous avez changé de partenaire sexuel les 4 derniers mois ? »

Ah oui, je vous avais pas dit. À 18 ans, j’étais jeune, je tombais amoureux, si bien que mes premières relations ont été plutôt… durables disons. Je ne dis pas ça avec mépris pour ce que j’étais, simplement je respectais bien les cadres que la société m’avait fixé en terme de mœurs sexuelles. Les temps ont changé, on grandit on fait ses expériences. On a 20 ans, puis quelques brouettes, et plus ça va, plus j’ai l’impression d’avoir pris le chemin vers la stabilité du couple en sens inverse. Mais bon j’avance en me disant que, si ça se trouve, c’est une boucle.

Revenons au docteur Quinn : « Vous avez changé de partenaire sexuel les 4 derniers mois ? ». C’était la première fois que ce critère me sautait à la gueule.

Hum, bah oui, mais je me protège quand même.

Je suis désolé mais ça va pas être possible ».

La discussion qui a suivi a été pire. Je suis ressorti avec un sentiment assez mitigé, entre la sensation d’avoir inconsciemment une vie Rock’n Roll et celle d’être un débauché. Pour la première fois de ma vie, on m’expliquait que je n’avais pas un mode de vie sain, que j’étais dans une « population à risque », avec un certain mépris qui m’a glacé. Ça doit faire 5 ans à peu près. Et depuis je ne suis jamais plus rentré dans les cases.

Une pote était venue avec moi ce jour. Même refus, une première pour elle aussi, le choc en sortant : « j’ai l’impression d’être une pute ». Tout était dit.

Au fond, ce qui ressort de cette expérience, c’est que le critère n’a pas été aussi violent que la relation humaine. C’est aussi, qu’à une échelle infime, j’ai pu ressentir ce qu’on fait quotidiennement subir aux femmes quand elles ne rentrent pas dans les cadres réactionnaires. Elles le subissent dans ce cas, chez leur gynéco parfois, mais plus largement dans la production culturelle, dans leur famille, auprès leurs ami-e-s et leurs collègues…

Je ne donne plus mon sang, du moins toujours pas. Et au fond, quand j’y réfléchis je n’arrive pas bien à savoir si la raison est vraiment bureaucratique, ou si elle fait sens, encore, avec une société en décalage avec les libertés que nous nous sommes octroyées…

C’est peut-être de la que vient ma fierté, parfois, d’avoir un sang impur…

Romain JAMMES

Des crachats sur la tombe de Rémi Fraisse

20151023120759957-0

Pour ce retour de l’Art et la Manière, j’aurais aimé être plus grandiloquent. Mais je crois que le ton ne s’y prête pas ici. Vous savez parfois, l’indécence atteint de tels sommets qu’on a envie de revenir à des choses simples, épurées, tellement la situation parle de soi.

Dimanche, ça fera 1 an que Rémi Fraisse est mort, sur le lieu du saccage de la forêt de Sivens. Un « anniversaire » qu’on est beaucoup à vouloir commémorer, pour s’être battus à ses côtés et pour avoir partagé les idées pour lesquelles il est mort. Sauf qu’une mort politique, ce n’est pas une mort comme les autres…

Le barrage de Sivens

Je vais pas vous refaire l’historique en détail. Le barrage de Sivens, c’est le genre de projet qui traine dans les tiroirs de notre bureaucratie depuis des décennies. Comme un fameux aéroport près de Nantes. Bref, un projet qui date, et pour lequel les agriculteurs (en fait, la FNSEA) reviennent régulièrement à la charge.

Pourquoi un tel barrage ? Théoriquement pour permettre l’irrigation des champs de maïs… Parce que le maïs, à la base, c’est pas forcément fait pour pousser dans le Tarn. Derrière le projet, il y a donc le débat sur le modèle agricole qu’on souhaite. Le barrage est sur-dimensionné, les enquêtes publiques et les institutions écolo (FNE,…) font la gueule mais il en va de la virilité du porteur de projet qui s’obstine à faire plaisir à son électorat : le président du Conseil Général.

Chemin faisant, les contestations prennent de l’ampleur, et l’affrontement devient logique. Une ZAD s’installe à Sivens pour « empêcher » la destruction d’une partie de la forêt (d’autant qu’elle a commencé en toute illégalité). Le 25 octobre a lieu le premier grand rassemblement national.

Le jour J

Ce jour nous sommes pas mal à être sur place. Les potes et moi on est venus 2 ou 3 fois filer des coups de mains, des vivres pour ceux qui restent la nuit. C’est un samedi, il n’y a pas de chantier, rien a protéger, pourtant, les flics sont là et de manière ostentatoire à partir d’une certaine heure. Pour quelle raison ? Protéger les arbres déjà coupés ? Ceux qui vont l’être ?

Logiquement, les affrontements ont fini par arriver. Cette provocation en amenant d’autres… Rémi se prend une grenade offensive dans le dos, une des nombreuses jetées ce soir là. 70 grammes de charges explosives, le type d’arme qu’on utilisait dans les tranchées de la grande guerre… normal. Paniqués, les flics le trainent sur 40 mètres pour cacher le corps.

La nouvelle nous arrive le lendemain. Pour l’Intérieur pas de doute sur la raison du décès, mais rien ne filtre et les pouvoirs publics laissent aller les rumeurs. Les parents de Rémi apprendront par la presse la raison de la mort de leur fils… On a fait plus délicat, et c’est le début d’une gestion plus que honteuse du drame.

Cracher sur sa tombe ?

J’aurais aimé que l’expression soit vraie. En vérité, Rémi Fraisse n’a toujours pas de tombe. Et il s’est écoulé plusieurs semaines avant que sa famille ne puisse voir le corps. Suite au drame le gouvernement essaye de calmer le jeu et laisse les milices de la FNSEA se charger des zadistes qui restent. Les violences se multiplient à leur égard, comme à l’égard des habitants qui osent les aider. Comme depuis le début, la presse fait le garde chiourme.

Identifier la responsabilité de la mort de Rémi n’est pas facile, au final il n’y en aura pas. Est-ce que c’est le flic qui a jeté la grenade ? Celui qui lui a dit de le faire ? Celui qui a prévu l’opération ? Le Préfet ? Le Ministre ? Non, rien de tout ça : c’est la faute à pas de chance.

4513302_3_a8f1_des-centaines-de-manifestants-se-sont_793bf4750d4a738390fd19fee4ebdefd

Un drôle d’anniversaire

Mais ce n’est que le début. Un an après, le conflit est toujours chaud. Les collectifs contre le barrage veulent organiser une marche commémorative à Sivens. La FNSEA annonce un rassemblement au même lieu en faisant planer des menaces sur ceux qui viendront. La maire de Lisle-sur-Tarn et le préfet prennent ce prétexte pour interdire le rassemblement. Après avoir laissé faire sa milice, les autorités publiques se font dicter leurs décisions par la FNSEA… Tout va bien.

Un rassemblement officiel est donc organisé à Plaisance du Touch, près de Toulouse. Après avoir caché les raisons de la mort de Rémi, y compris aux parents. Après avoir louvoyé pour se renvoyer la patate chaude des responsabilités, après avoir empêché la famille de voir le corps, de pouvoir l’enterrer encore aujourd’hui… Même la commémoration de sa mort est méprisée.

Dimanche, avec d’autres, j’irai donc à Sivens pour ne pas me laisser intimider de cette manière. J’irais pour rendre honneur à Rémi et à toutes celles et tous ceux qui ont lutté, y compris violemment, contre ce projet destructeur. J’irais pour dénoncer l’indécence de cette situation, cette façon abjecte de cracher sur sa tombe…

Romain JAMMES

L’Art et la Manière : le retour ?

affiche-american-campus-700x315

C’est marrant ces mois de juin. L’été s’installe avec douceur, les terrasses sont pleines. Les jupes et les pantalons raccourcissent, mes cheveux deviennent blonds et mes yeux verts. Beaucoup d’élèves n’écoutent plus leurs profs. Ils regardent dehors, l’esprit est déjà en vacance. D’autres appréhendent les épreuves inutiles, celles qui donnent l’impression de jouer sa vie sur une copie double.

Les footballeurs s’échangent comme les premiers melons. Les rues s’encombrent des meubles bon-marché, les apparts changent de main, les universités se vident, les potagers donnent leurs premiers légumes et les barbecues embaument les jardins et les parcs.

La musique s’empare des places publiques, le théâtre de rue squatte les trottoirs, les quais de Jussieu dansent et la Daurade s’anime jour et nuit : de Paris à Toulouse, la même effervescence, à quelques degrés près.

« On s’y remet ? »

C’est là, sur ces quais, que l’idée est venue, c’était ptete de Flo, c’était ptete de moi. C’était sûrement un peu des deux : « Ce serait cool de relancer le blog ! », « Allez chiche ! ». On refait un truc nouveau, mais pas trop quand même. D’ailleurs ça tombe bien, on a changé, mais on reste un peu les mêmes : des philosophes du dimanche, mais le genre de dimanche que tu retrouves 7 fois dans la semaine ; des gens qui ont des idées, et qui essayent de se battre parce que ça tombe sous le sens. La Manière change toujours au fil du temps, mais l’Art reste l’horizon indépassable…

C’est pas la nostalgie d’une gloire passé, mais peut-être un manque de ce que nous a longtemps apporté ce blog. Expier nos pensées qui se bouscule sous nos cheveux, tenter de rendre intelligible la cascade d’émotion que provoque cette société qui nous révulse. Rêver aussi, un peu, et nous regarder de loin, du plus profond de l’histoire, ou d’un espace-temps imaginaire.

C’est pour quand ?

Je ferais pas d’effet de manche (trop tard ?) ou de grosse voix hollywoodienne comme teasing. Mais sachez qu’à la rentrée, vous aurez de nouveau une raison d’utiliser Internet. Et ptete même qu’avec un peu de chance vous allez kiffer. Et comme on fait plutôt les choses en double qu’à moitié, on a 2 surprises à la clef…

Elles sont jeunes, elles sont féministes (entre autre) et elles ont beaucoup de suite dans les idées (sûrement plus que nous). Un quartet pour mettre du jazz dans nos billets, un plan intellectuel à 4 pour pimenter nos réflexions, et, pourquoi pas, les vôtres.

On se donne rendez-vous en septembre, donc. Bonnes vacances !

Romain Jammes

Adresse à José Bové.

FRANCE-GREEN-AIRPORT-BOVE-JUSTICE

Salut José, tu permets que je te tutoie ? On ne s’est jamais vu, du moins tu ne m’as jamais vu. Mais on a partagé tant de combats que j’aurais du mal à ne pas te considérer comme l’un des nôtres. Mes premières idées politiques, je te les dois. Pendant mes vacances à Millau quand j’étais encore gamin, j’entendais mille légendes sur tes actions, je voyais sur la route des messages demandant ta libération. J’ai vite partagé ce goût des produits de l’agriculture paysanne que tu représentais alors pour moi.

Le démontage du Mac Do de Millau a longtemps été un symbole pour l’ado que j’étais. Le symbole d’une forme de résistance qui me touchait, celui de ce que cette malbouffe n’était pas une fatalité et avait ses détracteurs. Une pointe d’espoir face à l’impérialisme américain qui me paraissait écrasant.3

En 2007, je votais pour la première fois. Longtemps j’ai hésité à te rejoindre, tes idées me parlaient : radicales, concrètes… Je sentais encore le faucheur d’OGM, celui qui ne se résigne pas à accepter un système productiviste et destructeur pour les humains et la nature. Si j’ai finalement voté Besancenot, c’était pour pousser plus loin une démarche que je trouvais proche de la tienne, mais en capacité de rassembler davantage et de peser dans le débat politique. Tout ça pour te dire que tu as beaucoup compté dans mon engagement politique et que ce José Bové-là, je partageais ses idées et son engagement.

Aujourd’hui, José, je ne te reconnais plus. Je comprends plus où est passé ce militant qui m’a tant inspiré. Je t’ai vu voter la libéralisation du rail, qui détricote sciemment notre grand service public. Comment développer le ferroutage, remettre des trains partout, améliorer encore le meilleur train du monde sans cet outil central ? Comment endiguer le tout-automobile si la logique du profit et non de l’intérêt général — car c’est de ça dont il s’agit — devient maîtresse de l’aménagement ferré ? Comment construire un service accessible à tous, sans que la puissance publique intervienne sur les tarifs ?

Je t’ai vu soutenir la libéralisation de l’énergie. Là non plus je n’ai pas compris. La transition énergétique est un axe central de la politique écologique. Elle ne peut pas répondre à une logique marchande, parce que nous devons avoir comme objectif de consommer moins. Si c’est la puissance publique qui a créé tant de centrales nucléaires, il n’y a qu’elle qui est assez puissante pour planifier la sortie de cette énergie dangereuse. Il n’y a qu’elle qui est capable d’investir2 sur 20, 30, 50 ans dans d’autres formes d’énergies : celle de la mer, de la chaleur des profondeurs, ou d’autres encore inconnues…

Je t’ai vu te prétendre « grand défenseur des traités européens ». J’en suis resté bouche bée. Ces traités sont l’ADN d’une Union européenne autoritaire qui prive le peuple de sa voix. Des traités passés en force, ou en catimini dont les objectifs sont toujours la destruction des souverainetés nationales, et la concurrence libre et non faussée. Oui, celle que tu veux « pousser jusqu’au bout ». En somme, c’est une Europe qui veut imposer l’austérité et le productivisme à tous les peuples membres. Comment peut-on être écologiste et défendre un tel principe ? Au-delà des FEDER, FEADER et autres fonds qui aident les collectivités dans certains aménagements intéressants, n’y a-t-il pas une direction générale mortifère dans laquelle cette logique nous emmène ? Est-ce que l’écologie ne contient pas la graine d’une société différente : relocalisée, solidaire, en paix ?

José, j’ai la sensation que tu t’es perdu dans la jungle bureaucrate de Bruxelles. Que tes combats ont été dilués, comme ces cuistres diluent le vin pour augmenter leurs marges. Tu es si bon élève de cette école, que l’assiduité devient ton seul argument face à Mélenchon, quand tu ne te déverses pas en insultes comme récemment.

Au fond, j’aimerais voter pour toi José, pour celui qui a participé à la construction de mes idées, peut-être celui qui a provoqué la première étincelle qui a embrasé mon engagement. J’aimerais aussi parce que tu viens de notre de camp et que tu y as toute ta place au regard de tes engagements passés.

Dimanche, je donnerai ma voix au Front de Gauche, ce sera aussi, un peu, au nom du José Bové d’autrefois…

Romain JAMMES

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Féministe ou pro-féministe ?

« Et toi Romain ? T’en penses quoi de tout ça ? » J’émerge brusquement de mon microrêve. Une divagation mentale dans l’océan de mirabelles qui s’est glissé dans mon œsophage quelques secondes plus tôt pour rejoindre la fameuse truffade de Greg. « Hum ? » grommelé-je encore dans les brouillards. « Un homme, il peut être féministe ou est-ce qu’il est juste pro-féministe ? ».

Dans un monde idéal où je pourrais décider de toute chose, j’aurais tout fait pour que le débat n’ait pas lieu à ce moment de la soirée. Mais comme on n’en est pas à ce stade-là de l’histoire, ça viendra ne vous en faites pas, contraint et forcé, j’ai accepté de jouer le jeu. Ce fut aux dépens de toutes les cellules de mon corps qui me criaient de parler de tout sauf d’un truc sérieux. J’sais pas pour vous, mais mon expérience m’a montré qu’on ne choisit jamais quand on parle de féminisme. Puis si on a pas parlé métaphysique avec trois grammes à 20 ans c’est qu’on a raté sa vie, donc pas d’occasion manquée.

Alors les hommes, féministes ou pro-féministes ?

1

Les hommes sont… surtout des hommes

Cette question ne vient pas de nulle part. Les hommes dans le mouvement féministe, ça pose nécessairement la question des rapports femmes-hommes dans le mouvement féministe. Le rapport est d’ailleurs bien plus complexe que la présence de bourgeois dans le mouvement ouvrier, car où que les femmes soient dans la société, il y a des hommes.

Je, tu, ou il, bref, nous sommes des hommes. C’est une donnée biologique, de naissance ou pas. Mais c’est surtout une donnée culturelle, car nous sommes élevés, et structurés culturellement comme des hommes. Cela ne veut pas dire que nous sommes tous des bourrins, violents, violeurs et docteurs en mathématique, mais simplement, mais qu’il y a une certaine prédétermination à ce qu’on épouse ce genre de comportement. Bref, comme un ADN culturel, enfoui au fond de notre crâne : nous sommes des dominants.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’on le veuille ou non, et malgré les efforts que l’on peut faire dans différents domaines à ce niveau, les hommes sont toujours des relais de la domination masculine. Relais plus ou moins efficaces en fonction du travail qu’ils ont fait sur leur encadrement culturel. L’implication des hommes dans le mouvement féministe se questionne donc s’ils y répercutent leur attitude de dominant : confiscation de la parole, intimidation, course à des positions de pouvoir, etc.

Le terme de pro-féministe sert alors à marquer une limite, comme une frontière symbolique pour protéger le mouvement féministe de cette tendance. Les temps non-mixtes, qui peuvent et doivent exister dans toutes les organisations progressistes, sont aussi un moyen de sacraliser un temps où cette domination ne sera pas présente.

3

Le féminisme dans une société patriarcale

Le féminisme se développe dans et contre une société patriarcale. Contre, car c’est son identité, défendre l’égalité, face à la domination masculine qui s’applique à l’ensemble des champs sociaux de notre société et son bagage culturel accompagné. Dans, car il utilise nécessairement les outils culturels à sa disposition pour avoir un impact dans la société.

Dans ces outils, figurent en bonne place les médias. Personne ne peut prétendre véhiculer un message de masse sans les médias. On s’aperçoit d’ailleurs rapidement que loin d’être une sorte de miroir de la société, même déformant, les médias sont une arène de bataille des idées. Une arène qui n’est pas neutre, car dirigée par des hommes.

Soyons parfaitement honnêtes, ce qu’adorent faire les hommes, c’est parler des hommes. Un certain nombrilisme dont j’ai déjà parlé et qui rend la tâche des organisations féministes assez complexe. Quand on parle de féminisme à un homme, il parle quand même des hommes (si si !) : des hommes violés, victimes de violences, prostitués, ou victimes d’un déterminisme culturel qui les oblige à être dominants (pleurons sur leur triste sort). Tous les moyens sont bons tant qu’il s’agit de ne pas parler des principales victimes : les femmes.

Qu’on le veuille ou non, les hommes engagés dans le mouvement féministe font l’objet d’une attention redoublée. Dans un rassemblement féministe, les interviews ou les images d’hommes, quand ils sont présents, sont disproportionnées par rapport à leur présence. Sans caricature, l’homme isolé au milieu d’un groupe de femmes devient le centre de l’attention médiatique, ce qui lui donne de facto une position de pouvoir.

Bref, encore une fois, la frontière que tracent les concepts de pro-féministe et féministe peut aussi être une manière de protéger le mouvement féministe de la société patriarcale qui veut l’interpréter et la représenter.

2Le féminisme est-il un gros mot ?

Seulement voilà, le féminisme, c’est aussi un gros mot dont la société patriarcale aimerait bien se débarrasser. Faut dire que, franchement, y a pas « homme » dedans donc ça fait un peu flipper ces messieurs.

Et ce travaille de dénigrement du féminisme, bah il marche furieusement bien :

  • « Je suis pas féministe, mais… » : phrase régulièrement prononcée par une personne qui est sur le point de dénoncer une injustice tout en refusant d’être associée avec celles qui, collectivement, la combattent.
  • « Non je suis pas féministe, je suis pour l’égalité… » : phrase régulièrement prononcée par une personne dont les représentations du féminisme ont été structurées par la société patriarcale qui adoooore les décrire en coupeuses de couilles.
  • Etc. (il y en a plein)

Les prises de distance permettent à la société patriarcale d’isoler et de stigmatiser le féminisme. Quand une personne dit « je suis féministe » elle se place dans une posture de solidarité totale, et de partage sans réticence de son combat. Est-ce que se mettre à distance ne joue pas aussi le jeu de nos ennemis ?

4

Être un homme féministe ?

Pour le moment, je me définis comme féministe, car les militantes du mouvement féministe que je connais me définissent comme tel. Je ne m’accorde pas la légitimité de pouvoir contester si elles en décidaient autrement, ou si ça changeait par la suite.

Qu’on soit pro-féministe ou féministe, l’important est de rester à sa place dans le mouvement féministe en tant qu’homme. Travailler à refréner ses attitudes de domination, ne pas chercher les postes à responsabilité, mais plutôt épouser au mieux la place que collectivement on te donne.

Être féministe, c’est une théorie et une pratique. C’est avoir conscience de tout ou partie du système de domination, et agir contre lui. Quand on est un homme, on ajoute également prendre conscience de tout ou partie de la domination que l’on exerce nous-même, et agir contre cette domination. Et c’est déjà une montagne à déplacer…

Romain JAMMES