Jeudi 21 mars : La surprise masculiniste !

Depuis des années, un groupe d’hommes travaille dans l’ombre pour ce qu’ils appellent le « Le grand soir jour ». Une vraie révolution selon certains, un cataclysme social qui rebattra toutes les cartes et permettra enfin aux hommes de prendre le pouvoir !

Pour l’Art et la Manière, nous avons suivi les préparatifs d’une journée pas comme les autres…

p3

Un plan com’ digne de Euro-RSCG

« Aujourd’hui, tout repose sur la médiatisation. On peut être des millions d’hommes à souffrir sans que personne ne le sache. » explique Alain, 33 ans. La communication de l’événement a donc fait l’objet d’une attention toute particulière. Les militants ont pris le soin de rencontrer un à un les patrons des principaux médias de l’hexagone, s’assurant d’un traitement tout à fait neutre des flash-mob en préparation.p

Le coup d’envoi a été sonné par ces deux pères célibataires montant en haut d’une grue. « Ce sont deux victimes tout à fait représentatives du mal profond qui traverse notre société. Les femmes contrôlent la famille et particulièrement les enfants. Elles règnent sans partage et préparent les générations futures à perpétrer cette domination ». Quoi qu’il en soit, le message est passé en boucle sur toutes les chaînes TV, révélant à l’opinion la condition souvent difficile des hommes dans notre pays.

L’idée a évidemment fait tâche d’huile. Un autre père opprimé est monté jusqu’à Evry, ancienne ville de Manuel Valls, la journée du 8 mars, où les femmes descendaient dans la rue pour défendre leurs droits. Un symbole qui n’a pas échappé aux organisateurs : « C’est très courageux de sa part, peu d’hommes auraient osé agir ce jour là, quand on sait la capacité des p6femmes à nous nuire. » Francis parle en connaissance de cause, l’année dernière, il a dû payer une lourde amende pour avoir tenté de coucher de force avec une jeune femme ivre : « elle ne demandait que ça, vu comment elle s’était habillée… Faut pas qu’elle s’étonne après ».

Surtout, ne rien oublier !

Une fois le contexte favorable installé. Le plan des « masculinistes » n’avait plus qu’à s’exécuter. Durant des années, le groupe s’est entendu avec les dirigeants économiques, politiques et médiatiques du pays pour faire de ce jour un jour historique.

Le MEDEF, organisation partenaire de l’événement, a promis de payer les hommes 27% de plus que les femmes ce 21 mars. Les femmes se verront imposer des temps partiels ou ne seront tout simplement pas embauchés par peur de leur futur grossesse. Decaux et les différentes régies publicitaires sont également à l’œuvre. Partout dans le pays seront affichées des femmes dénudées pour vendre toute une variété de produit, des haricots verts à lap4 voiture de sport. Les principaux partis politiques ont aussi joué le jeu en envoyant 73% d’hommes à l’Assemblée nationale pour l’occasion. L’association des maires de France a également frappé fort en ne laissant que 8% de femmes à la tête des mairies et en donnant aux hommes toutes les délégations les plus stratégiques (budget, développement économique…)

Le monde de la culture et des médias s’est également engagé dans l’opération. Les principaux théâtres et opéras n’ont programmés que des spectacles réalisés par des hommes. Les musiciens sur les grandes scènes nationales seront masculins, les films projetés produits, réalisés et joués par la gente masculine. Les femmes ne seront que les bagages accompagnés ou les récompenses des différents héros. Les chaînes de télévision mettront essentiellement en scène des hommes quand il s’agira de présenter des sujets sérieux et des femmes pour la mode, le maquillage, les enfants ou simplement pour faire les potiches.

Les forces de l’ordre sont évidemment sur le coup. Les plaintes pour viol seront quasi-systématiquement mises en cause et les agresseurs essentiellement pardonnés. Une femme sera violée toutes les 7 minutes. Dans les couples de la France entière, de nombreux p2hommes ont promis d’insulter de frapper ou simplement de mettre des pressions psychologiques fortes sur leurs femmes. De hordes d’hommes seront également installées sur les trottoirs pour draguer subtilement toutes les femmes dans la rue.

Enfin, surprise de dernière minute, même les réseaux mafieux ramèneront pour l’occasion 25 000 prostituées venues de diverses origines pour un défouloir général au services des hommes. Un élan populaire général que le gouvernement n’a pas manqué de saluer en promettant lui-même d’accentuer les politiques d’austérité condamnant de nombreuses femmes dans l’austérité.

Évidemment , l’événement fait polémique dans les milieux féministes. « Des réactions hystériques qui montrent qu’on a touché juste, dans les fondements de leur domination. » précise Alain. Il ne nous reste plus qu’à leur souhaiter un peu de patience, après tout, ce n’est pas comme si c’était tous les jours ce Printemps des pères

Romain JAMMES

Publicités

23 réflexions sur “Jeudi 21 mars : La surprise masculiniste !

  1. C’est quand même dommage que dans ce débat, ici ou ailleurs, on ne parle jamais des enfants. On parle des mérites comparés des dames et des messieurs, de supposées prédispositions biologiques à élever les enfants, etc… Un gros tas de merde qui se résume, au niveau individuel à bataille d’égo. Une bande de parents irresponsables à décidé de porter le débat au niveau de la société en restant sur le même type d’argument. Ce qui laisse clairement envisager que rien de bon pour les principaux concernés, les enfants pour mémoire, n’en sortira.

    Entretenir des termes du débats complètement biaisés par le truchement d’un article caricatural qui cite dix articles (!) du même auteur (onanisme de la pensée circulaire quand tu nous tiens…) pour étayer son propos (car c’est bien connu que les liens hypertextes ça crédibilise, ça fait vachement sérieux et tout… et ça met de la couleur sur la page, c’est pas négligeable), c’est dangereux pour l’avenir des enfants en général (vous direz peut-être que je pousse le bouchon un peu loin mais j’essaye juste de mettre dans le ton de l’article ;)).

    Dommage qu’on ait pas plus d’informations sur un groupe qui reprenne des symboles qui fleurent la fascisme guerrier, qui est derrière exactement, est-ce qu’il existe des affiliations politique, etc… Ca, ça aurait été très intéressant. A la place, on a ton avis de polémiquard à deux balles. Autant écouter Jean Michel Apathie franchement…

    • Je crois que vous n’avez pas compris le sens de cet article. Il pousse la logique de ce groupe « masculiniste » au bout afin d’en montrer l’absurdité, ce que vous n’avez pas manqué de relever, preuve que cet article est en fait plutôt bien fait!

      Les liens hypertexte, je suis d’accord pour dire que ça ne crédibilise pas un article, surtout comme vous l’avez remarqué quand il s’agit du même auteur mais d’un sens on s’en moque puisque ce n’est pas le but. Le but de ces liens est le même qu’une note classique, ou qu’un renvoie en bas de page, il s’agit d’apporter une précision à un propos et en ce sens ces liens sont à la fois utiles et efficaces.

      Il est vrai, toutefois, que l’article manque à un moment (la fin) de recul et que le « réseau » de ce groupe aurait pu être exposé à ce moment là, ça aurait été intéressant.
      Quant à ce que les enfants ont besoin, c’est justement, un sujet moultes fois abordé par des soit-disant spécialistes de tout horizons. Toujours est il que le débat n’est pas là, les enfants sont les principaux concernés : oui, donc posons leur la question : que voulez vous? Il n’y a pas de débat à ce niveau là donc inutile d’y revenir une énieme fois pour faire plaisir à nos cher conservateurs de service.

      • Bien au contraire, je pense en avoir saisi parfaitement le sens ! Quand tu (excusez le tutoiement, mais j’ai pas l’habitude du vouvoiement et vous invite à faire de même à mon égard) vois l’affiche « Mer(d)e », si t’as besoin de pousser la logique pour démontrer l’absurdité, c’est que tu es atteint de « d’enfonçage de porte ouvertites aiguë ».

        Non, désolé les liens n’apportent qu’une information pertinente sur les prises de positions de l’auteur. Surtout que la plupart des lecteurs ne cliqueront pas dessus (acr on va pas lire 25 pages à gauche à droite quand on lit un article, c’est comme pour les notes en fin d’ouvrage, tu les lis pas toutes….).

        Le débat ne résume pas hélas à poser la question aux enfants « que voulez-vous ». Je vois bien la scène : Jean Lucien, dis moi le fond de ta pensée, papa est un salaud ou maman est une connasse ?

        Le dernier paragraphe, c’est juste pour bien montrer tout l’intérêt d’un raisonnement par l’exagération et l’absurde… La même chose en rhétorique plus honnête :

        Les situations de séparations et de décisions de gardes sont infiniment variées. Politiser le sujet (au sens partisan) en laissant croire à une relative homogénéité des situations qui appellent des solutions expéditives, c’est au mieux stupide, au pire malhonnête. Effectivement, les enfants n’ont pas besoin des spécialistes toujours prêts à répandre la bonne parole, mais bien plus d’attention et de subtilité aussi, ça ferait pas de mal tiens.

      • Pas de soucis pour le tutoiement, sans savoir à qui je m’adresse je préfère toujours prendre mes précautions de langages, c’est la moindre des choses que je puisse faire.

        Bien évidement que l’affiche « mer(d)e » est une pure ignominie, mais je considère que si des gens on été assez cons pour la concevoir, d’autre le seront assez pour croire que c’est vrai. C’est pas parce qu’on repère du premier coup d’œil une idéologie à la noix que tout le monde va faire pareil. E comme je désespère pas de l’être humain, je veux pas croire qu’on puisse rien faire pour l’abruti qui accorderait du crédit à cette pensée.

        Mais justement, à quoi sert un article sinon à expliquer la prise de position d’un auteur vis-à-vis d’un fait? Il faut arrêter de croire à la neutralité, c’est un mythe et un mythe particulièrement horrible. A quoi ressemblerait le monde si l’on ne prenait jamais position?
        Après c’est vrai que la plus part du temps les gens ne lisent pas les notes de bas de page, Comment peut-on affirmer avoir compris un texte sans avoir consulté toutes les clés de lectures fournies par l’auteur? Ce n’est pas parce que tu ne les lis pas que tu peux reprocher à l’auteur de les inclure!

        Non le débat ne se résume pas à poser la question à l’enfant, c’est justement ce que j’ai dit! Ce que j’ai dit (mal surement^^) c’est que la problématique telle que tu semblait la soulever ce résumait à ça! et la encore on peux invoquer la finesse en posant différemment le problème à l’enfant, il ne s’agit bien entendu pas de demander à un gosse de trancher entre son père et sa mère! Mais qui d’autre que lui peut dire plus ou moins précisément de quoi il à envie (en fonction de l’âge aussi !) Enfin comme tu l’as noté (mais pas appliqué) ça demande de la finesse!

        Ce que tu dis est très sensé et je veux pas remettre ça en question (sur la politisation de la garde des enfants) mais il me semble (peut -être ai-je tord) que le dernier paragraphe s’attache d’avantage à la composante sexiste du débat (composante qui, il me semble occupe la place prépondérante de cet article) et là ça demande à être d’avantage politisé, surtout en ce qui concerne les origine de cette orga.

    • « Dommage qu’on ait pas plus d’informations sur un groupe qui reprenne des symboles qui fleurent la fascisme guerrier, qui est derrière exactement, est-ce qu’il existe des affiliations politique, etc… A la place, on a ton avis de polémiquard à deux balles. Autant écouter Jean Michel Apathie franchement… »

      Sauf qu’ici, ce n’est pas Le Monde ou Le Parisien mais un blog, c’est « un peu » plus normal d’avoir un « avis polémiquard » qu’un article de fond, non ?

      D’ailleurs, ni les journaux sus-cités ni leurs homologues « journalistes » ne se donnent la peine de faire ce boulot et j’aimerais bien voir les liens qui montrent que vous leur faites le même reproche.

      Enfin, j’ignore ce qu’en pense Romian Jammes mais je trouve toujours très mal venu de venir imposer à autrui ce qu’il doit dire, écrire, penser, faire.

      • TL : Je comprends ton point de vue. Néanmoins, j’ai toujours pensé que ce n’est pas en prenant les lecteurs pour des idiots qui attendent l’illumination qu’on faisait avancer le bouzin mais ça c’est perso, hein ? N’empêche que ça m’étonnerait fort que quiconque croit à la réalité du message de cette affiche vienne ne serait-ce que lire cet article. C’est pour cela que j’insiste sur la pensée circulaire qui devient même, pour le coup, de l’argumentation circulaire avec les amis qui pensent pareil…

        Sinon, j’avais déjà lu les articles précédents. Et je ne critique pas l’approche sexiste du débat, mais je ne considère que ce n’est qu’une composante parmi d’autre. L’éclairage sexiste exclusif d’autres approches sur des sujets de société me semble trop étriquée pour comprendre la plupart des sujets, sauf certains très spécialisé (les questions d’égalité, le viol, etc…).

        Emy : Je n’impose pas à Romain ce qu’il doit écrire ou penser, je fais juste part de ma réaction. Alors oui, je m’oppose mais n’est-ce pas le principe du débat ? Ensuite, non je ne vais pas sur tous les journaux pour leur dire que c’est médiocre ce qu’ils font. Oui, développer une dépêche afp et donner son avis dessus n’a jamais été du journalisme. Mais dire, vu que les autres font de la merde, alors pourquoi pas moi, j’appelle pas ça un argument… Le sens de cette critique est un appel à l’exigence, je pense que Sieur Romain peut faire beaucoup mieux que ça…

        Et je suis d’accord avec toi, ce serait bien que Romain réponde aux critiques un tant soit peu construites et pas seulement aux « Il est idiot cet article » ou « Trop bon, trop bien écrit »…

  2. Les enfants sont concernés aussi. Une petite fille qui grimpe aux arbres est-elle un garçon manqué ou un enfant qui s’amuse ? Un petit garçon qui fait de la danse classique a-t-il le droit de le faire si cela lui plaît sans se faire traiter de « vraie fille »par ses copains qui préfèrent le foot. Je vous conseille « Du côté des petites filles » d’occasion s’il n’est plus édité.

  3. Compléter « du coté des petits filles, » toujours excellent, avec lal ecture de »la fabrication des mâles » de Falconnet et Lefaucheur également excellent

  4. Le masculinisme est le corolaire et la conséquence du féminisme tel qu’il s’exprime désormais, en refusant d’entendre et en culpabilisant tout discours qui reprendrai un point de vue masculin sur telle ou telle problématique. Partant de là, le discours féministe ne réglera pas ces problèmes de façon pérenne puisqu’il n’accepte de n’en voir que la moitié.
    .
    .
    J’ai été choqué par des propos tenus il y a plusieurs années par Gisèle Halimi dont les combats féministes sont par par ailleurs plus que respectables. Elle affirmait sur un plateau TV que le féminisme n’aurait pas pas gagné tant qu’il n’y aurait pas d’association pour défendre les droits des hommes. Dans un 1er temps, force est de constater que nous y sommes, mais que pour autant les féministes sont plus virulentes que jamais. Mais ce qui m’a choqué c’est surtout cette façon d’envisager le féminisme non pas comme quelque chose qui vise une société plus harmonieuse pour tous, mais comme un combat qui vise à mettre les hommes dans une situation inconfortable ; non pas comme un combat qui vise la paix et à dépasser les clivages sexuels, mais au contraire à entretenir un rapport conflictuel entre les sexes.
    .
    .
    Dans cette perspective, le masculinisme, bien que je ne le cautionne pas, est l’interlocuteur que le féminisme mérite, la réponse du berger à la bergère.
    .
    .
    Par ailleurs, lorsque vous dites que les femmes sont payées 27% de moins que les hommes vous contribuer à la diffusion d’un clichés très largement répandu ( voir ci la page 66 du rapport de l’IGAS http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/RM2013-001P_-_egalite_professionnelle_DEF.pdf). En réalité, on obtient ce chiffre si on compare les masses salariales des homme et des femme sans tenir compte compte du temps de travail ni des compétences ou qualification. Si on compare la rémunération du taux horaire, cette différence tombe à 14%. Et si on compare la rémunération du taux horaire des hommes et des femmes à compétence égale, cette différence est de 9%.
    Maintenant, est ce que la rémunération est le seul moyen de valoriser un travail, le seul avantage que l’on retire d’un emploi salarié ? A combien par exemple évaluez-vous la sécurité de l’emploi, puisque les femmes sont majoritaires dans la fonction publique.
    .
    .
    Tout cela pour dire, qu’il faut croire que les masculinistes ne sont pas les seuls a présenter la réalité d’une manière caricaturale.

  5. comment peut-on écrire autant d’inepties ? je suis consterné et hilare ! Mme Parisot serait une affreuse masculiniste contribuant à je ne sais quel complot ourdi dans l’ombre par des phalanges fascisantes et mysogines ? je ne sais pas ce que vous fumez Monsieur Jammes, mais ça doit être bon, mais dangereux aussi, ralentissez, c’est mon conseil.
    le masculinisme est enfin né en France ? bonne nouvelle ! il était temps. imaginez ce que les russes ont ressenti quand des partis de droite ont émergé après la chute du communisme. imaginez ce que les chiliens ont ressenti quand des partis de gauche sont nés après la fin de la dictature. ouf, du soulagement, la fin de la pensée et du parti uniques. ce vent de démocratie qui vient enfin dépoussiérer le débat sur les relations homme femme, quel bien ça fait ! pourvu que ça dure.

  6. Les minots,

    Je suis un papa qui ne monte pas sur les grues mais qui aurait aimé que la société lui laisse élever sa puce en bonne intelligence ; malheureusement, un jugement s’applique à défaut d’entente entre les parents…
    Quel intérêt pour celui qui emporte l’enfant ainsi que les intérêt matériels et moraux de rechercher l’entente?
    Alors je garde le godillot de maman sur la tête en espérant que la petite ne subira plus de violences qui de toute façon ne laissent pas de traces visibles.

    Que des hommes qui revendiquent le fait de pouvoir continuer à participer à l’éducation de leurs enfant malgré le refus de la maman confirmé par la justice ; ça s’appellerait du masculinisme?

    Le système pousse à l’excès, vous avez trouvez un ou deux excédés créatifs qui ont monté des logos et des bannières sans personne derrière…

    Certaines femmes revendiquent ouvertement le droit de vie et de morts sur leurs enfants nés et sur leur ex-conjoint ; sont elles plus nombreuses que visibles?
    Ne confondez pas tout SVP

    En attendant, j’espère que ces articles fourre-tout vous auront aidé à draguer autre chose que la boue dont vous recouvrez aussi ceux qui tentent de faire en sorte de pouvoir continuer à exister en tant que parents ; qui ne baissent pas les bras, et essaient de donner – aussi- de la visibilité à leurs difficultés.

  7. Il y a un truc qui m’énerve c’est que ces masculinistes détruisent les femmes pour une seule chose : la garde des enfants, alors que les féministes se battent pour beaucoup d’autres injustices : Salaire inégaux, Féminicides, sexisme, viols, la présentation des femmes comme des objets…et bien d’autres. Qui sont les privilégiés dans tout ça ?

  8. Autre chose, je me demande ce que vont dirent ces « pères » à leurs filles plus tard : Tu n’a plus de droits juste le droit de te taire et d’être traîtée comme une merde. La fille répondra pourquoi ? et le père : Oh je voulais juste obtenir ta garde. ^^ super ces « pères ».

    • Lucile,
      Je ne vois pas trop le rapport de causalité entre le fait de demander à pourvoir s’occuper de ses enfants et une altération du droit de la Femme.
      Désolé, ça me dépasse, que le fait de changer les couches, lire des histoires à ses enfants, équilibrer les charges en matière d’éducation contribue à l’enfermement de la Femme en général.

      Tu devrais bouquiner un peu sur ce qu’a été la chasse aux sorcières (et aux sorciers) les siècles passés.
      ça n’enlèvera peut-être pas ta souffrance que je ne connais pas mais qui me semble importante.
      Peut-être comprendras-tu les phénomènes de groupes qui conduisent à des pugilats au nom d’idées toutes faites…

  9. Je parle des masculinistes qui remettent en cause le divorce et porte atteinte contre les droits des femmes en plaidant leurs causes de « pères ». Je suis tout à fait pour que l’homme et la femme s’occupent des enfants et que les deux ont le droit de les garder pas plus l’un que l’autre.

  10. Masculinistes, honnêtement, à part l’illuminé qui a produit ces logos affligeants auxquels il ne manque qu’une croix gammée, je ne vois pas… Apparemment ça a bien fait rire ses amis sur FB et fait couler de l’encre. Mais avec un minimum d’investigation on se rend compte que ce gars s’est collé une étiquette et s’est joint à un mouvement spontané qui ne lui ressemble pas.

    Par contre, sans ironie, on peut aussi évoquer le cas répandu des hommes qui n’assurent pas leurs fonctions éducatives de parents…

    Je rejoins les auteurs de l’article sur le fond ; avec un système qui verrouille des équilibres et des rôles presque figés, incarné par des individus.
    Mais je constate aussi que les hommes eux-mêmes ne sont pas incités, voir sont freinés, quant au fait de vouloir assumer d’autres rôles.

    Par exemple, il est très difficile pour un homme de pouvoir dire à son patron, et même sa patronne, qu’il ne peut pas rester au taf parce qu’il doit aller s’occuper des gamins. On m’a remercié pour une demie-heure par quinzaine que je ne pouvais pas concéder.
    Alors quand on arrive devant un JAF en pensant pouvoir continuer à s’occuper de ses enfants, alors que la maman refuse et demande un week-end de droit de visite par mois, on y croit, au début.
    Les avocats préviennent pourtant que ce n’est même pas la peine de demander ; « ça risque même d’être contre productif ».
    Finalement la norme, c’est encore deux week-end par mois.
    C’est triste mais dans ce que j’observe, on a rapidement plus grand chose à dire à ces enfants. On ne partage plus leur vie. On les voit comme un tonton ou un papi.

    D’autres situations sont inacceptables, mais en voilà une qui ne me parait pas idiot de défendre ; dans une volonté de recherche d’équilibre.

    • C’est effectivement ce que j’ai lu de plus sensé sur ce dossier. Rare sont les intervenants qui aujourd’hui ne cèdent pas à l’instinct puéril consistant à trouver un gentil et un méchant. Les féministes ne sont pas en reste avec leur rhétorique consistant toujours à désigner l’autre comme responsable, c’est à dire l’homme, le mâle.

  11. Pingback: À quoi sert la journée internationale de l’homme ? | L'Art et La Manière

  12. Pingback: L'art et la manière | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s