Adresse à José Bové.

FRANCE-GREEN-AIRPORT-BOVE-JUSTICE

Salut José, tu permets que je te tutoie ? On ne s’est jamais vu, du moins tu ne m’as jamais vu. Mais on a partagé tant de combats que j’aurais du mal à ne pas te considérer comme l’un des nôtres. Mes premières idées politiques, je te les dois. Pendant mes vacances à Millau quand j’étais encore gamin, j’entendais mille légendes sur tes actions, je voyais sur la route des messages demandant ta libération. J’ai vite partagé ce goût des produits de l’agriculture paysanne que tu représentais alors pour moi.

Le démontage du Mac Do de Millau a longtemps été un symbole pour l’ado que j’étais. Le symbole d’une forme de résistance qui me touchait, celui de ce que cette malbouffe n’était pas une fatalité et avait ses détracteurs. Une pointe d’espoir face à l’impérialisme américain qui me paraissait écrasant.3

En 2007, je votais pour la première fois. Longtemps j’ai hésité à te rejoindre, tes idées me parlaient : radicales, concrètes… Je sentais encore le faucheur d’OGM, celui qui ne se résigne pas à accepter un système productiviste et destructeur pour les humains et la nature. Si j’ai finalement voté Besancenot, c’était pour pousser plus loin une démarche que je trouvais proche de la tienne, mais en capacité de rassembler davantage et de peser dans le débat politique. Tout ça pour te dire que tu as beaucoup compté dans mon engagement politique et que ce José Bové-là, je partageais ses idées et son engagement.

Aujourd’hui, José, je ne te reconnais plus. Je comprends plus où est passé ce militant qui m’a tant inspiré. Je t’ai vu voter la libéralisation du rail, qui détricote sciemment notre grand service public. Comment développer le ferroutage, remettre des trains partout, améliorer encore le meilleur train du monde sans cet outil central ? Comment endiguer le tout-automobile si la logique du profit et non de l’intérêt général — car c’est de ça dont il s’agit — devient maîtresse de l’aménagement ferré ? Comment construire un service accessible à tous, sans que la puissance publique intervienne sur les tarifs ?

Je t’ai vu soutenir la libéralisation de l’énergie. Là non plus je n’ai pas compris. La transition énergétique est un axe central de la politique écologique. Elle ne peut pas répondre à une logique marchande, parce que nous devons avoir comme objectif de consommer moins. Si c’est la puissance publique qui a créé tant de centrales nucléaires, il n’y a qu’elle qui est assez puissante pour planifier la sortie de cette énergie dangereuse. Il n’y a qu’elle qui est capable d’investir2 sur 20, 30, 50 ans dans d’autres formes d’énergies : celle de la mer, de la chaleur des profondeurs, ou d’autres encore inconnues…

Je t’ai vu te prétendre « grand défenseur des traités européens ». J’en suis resté bouche bée. Ces traités sont l’ADN d’une Union européenne autoritaire qui prive le peuple de sa voix. Des traités passés en force, ou en catimini dont les objectifs sont toujours la destruction des souverainetés nationales, et la concurrence libre et non faussée. Oui, celle que tu veux « pousser jusqu’au bout ». En somme, c’est une Europe qui veut imposer l’austérité et le productivisme à tous les peuples membres. Comment peut-on être écologiste et défendre un tel principe ? Au-delà des FEDER, FEADER et autres fonds qui aident les collectivités dans certains aménagements intéressants, n’y a-t-il pas une direction générale mortifère dans laquelle cette logique nous emmène ? Est-ce que l’écologie ne contient pas la graine d’une société différente : relocalisée, solidaire, en paix ?

José, j’ai la sensation que tu t’es perdu dans la jungle bureaucrate de Bruxelles. Que tes combats ont été dilués, comme ces cuistres diluent le vin pour augmenter leurs marges. Tu es si bon élève de cette école, que l’assiduité devient ton seul argument face à Mélenchon, quand tu ne te déverses pas en insultes comme récemment.

Au fond, j’aimerais voter pour toi José, pour celui qui a participé à la construction de mes idées, peut-être celui qui a provoqué la première étincelle qui a embrasé mon engagement. J’aimerais aussi parce que tu viens de notre de camp et que tu y as toute ta place au regard de tes engagements passés.

Dimanche, je donnerai ma voix au Front de Gauche, ce sera aussi, un peu, au nom du José Bové d’autrefois…

Romain JAMMES

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités

13 réflexions sur “Adresse à José Bové.

  1. Pingback: Adresse à José Bové. | Cri...

    • Salut,oui il y a quelque chose intemporelle dans ta lecture,depuis la première nuit de notre république ce genre d’individus que je qualifie de prestidigitateur et manipulateur utilise les cerveaux de gens comme toi toujours à la recherche de divins républicains pour s’assurer une place dans la sphère d’êtres bien pensants .José Bové ne trace sa route que sur un monde d’une certaine agriculture bien ciblée,une sorte de cristallisation parfois à la limite du paranoïa pour s’assurer une légitimité.Son regard philosophique sur la société s’arrête là.Bové est un distillateur de tous les idéaux révolutionnaire,il les transforme en un mauvais vinaigre,son mentor n’est-il point de Bendit ? Un opportuniste très intéressé mais surtout inintéressant qui fut longtemps trop longtemps peut être plébiscité par l’ensemble des médias militants .Sa logique et son étoile sont issus du système qui nous opprime.Franchement il n’y a point lieu de s’émouvoir et encore moins s’en étonner.Méfions nous des emballages que la bourgeoisie nous refile pour faire de la diversion et des voix de garage.Bien à toi.J’ai un blog: PATRICK SELLIER

  2. Pingback: Adresse à José Bové. | En ...

  3. comme c’est bien dit tout ça! c’est exactement ce que je pense mais que j’aurais été incapable de si bien exprimer.Romain je suit ton blog depuis + d’un ans et ne savais pas que tu connaissais Millau. moi aussi j’ai connue José il y as bien longtemps,je peut te dire que bien des camarades de l’époque du « Larzac » partagent notre déception. Une chose est sure: je n’aurais pas à hésiter pour voter!…..Marie.

  4. Je suis comme Romain et moi aussi je t’ai admiré. Tu étais mon idole, mon  » ché », le défenseur des pauvres paysans, le monsieur propre de la terre….. Comment peux tu être devenu un technocrate de Bruxelles, corrompu comme tous les autres? Comment peux tu renier les tiens, les petits paysans, des familles entières qui ne juraient que par toi? Tout ce fric t’a corrompu José,,, tu n’incarnes plus l’espoir des jours meilleurs. Tu n’as même pas été capable de voter la loi sur l’égalité « Homme-Femme », alors je ne voterai pas pour toi. Nous n’avons plus les mêmes valeurs

  5. Bové tant qu’il n’a pas été élu a été un mec bien, dès lors qu’il a eu un mandat il est devenu réaliste c’est un terme qu’emploient en général tous ceux qui rentrent dans le rang pour servir ceux qui bouffent dans ton assiette sans aucun scrupule et qui te disent que les sacrifices sont nécessaires pour enrichir ceux qui n’ont besoin de rien. Avec le recul tu te demandes à quoi a servi le démontage du Mac Do de Millau sinon à le faire connaitre pour devenir ce qu’il est aujourd’hui un libéral ordinaire.

  6. Oui tellement juste ce papier….. pour moi ça change rien!…. j’ai jamais voté pour lui! et il est bien loin le temps de ce Bové là!!… et ses dernières « sorties » ont achevées de me décevoir, le mot est faible… « PMA »(dégoutté) et soutien très « affiché » de cantat, là j’ai ressentie un grand malaise…. etc etc etc – Mélenchon donc à fond!!!!

  7. Bonjour les garçons

    Je vous suis depuis un moment déjà, et à chaque article je me dis « ah oui, ah oui » et je n’ai rien d’autre à dire que ce que vous avez déjà dit.

    Pour ma part, je vis dans le péché, dans tous les sens du terme, mais en particulier politiquement : je n’ai jamais voté. C’est même pire : je n’ai pas de cartes d’électeur. Je n’existe pas. Je me fais régulièrement pendre en place publique pour ça. Je ne milite pas, je me contente de vivre selon mes convictions. Je jardine bio, je travaille et j’élève ma fille en conscience, pleine conscience.
    C’est majoritairement le dégoût que m’inspirent nos « hommes » politiques. Certain.e.s me sont sympathiques, mais tous diluent, comme vous le dites, leurs convictions dans les règles du jeu de la démocratie, que je trouve d’un cynisme achevé. Le combat féminisme, ainsi que l’écologie, me paraissent être les plus déterminant. Pas de parti féministe, et une écologie qui boit sa honte quotidiennement.

    Quand j’étais jeune, j’aimais bien les Jospin, quelques Voynet, et puis José bien sûr. Ces gens-là sont cassés aujourd’hui. Et moi j’ai grandi.

    Probablement faites-vous le travail que je ne fais pas. Peut-être vous lis-je pour ça. Continuez. Merci.

    • bonjour. moi aussi je te répond « ha oui », comme toi j’ai bien souvent envie de me replier dans ma coquille, de dire « tous pourris ». mais je me dit que quand même on ne peut pas les laisser gouverner le monde, ces assoiffé de pouvoirs et de fric. Depuis toujours (ou presque) je milite dans un syndicat, dans divers comités et associations, mais la, j’ai franchi le pas depuis 3 ans.
      J’ai pris ma carte au Parti de gauche parce que, l’age avançant, je voulais quand même essayer d’être encore plus efficace (c’est bien connu l’union fait la force c’est du moins ce qu’on dit, à conditions d’aller tous dans le même sens, ce qui n’est pas toujours facile j’en conviens). J’ai choisi le P.G. parce que c’est un parti »neuf » et que je me disais qu’il y serrais peut-être plus facile d’y exprimer ma vision des choses et aussi parce que de tous les parti que j’ai côtoyais, c’était celui avec lequel je me sentais le plus en phase pour ses positions sur  » l’humain » et l’écologie. Moi j’ai élevée 2 enfants et j’ai essayé de leurs donner le sens de mes valeurs et en particulier celui du respect du « l’humain » (plus largement du monde vivants). J’espère y être arrivé.
      Mais je ne me permettrait pas de te juger ni même de te donner un conseil quelconque, comme on dit « chacun sa merde » et j’ai horreur du prosélytisme. Non j’avais seulement envie de te répondre parce que je comprend très bien que l’on puisse penser comme toi. Voila! Alors peut-être à un de ces jours? j’ai envie de dire « camarade ». Marie.

  8. Quel est le point commun entre Bové, Besancenot et Mélanchon ?

    Et bien ils sont tous les 3 propriétaires d’un ou plusieurs appartements et tous les 3 se revendiquent du communisme. Or je rappelle que le fondement du communisme est le rejet de la propriété privée sous toutes ses formes !

    Bref, 3 escrocs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s