Cette révolte espagnole qu’on ne voit pas à la Télé…

Samedi dernier (22 mars), c’était un jour un peu chelou. Oh, pour la plupart des citoyen-ne-s je pense qu’il n’a pas changé des samedis habituels. Pour nous, brave militant, il a un côté à la fois horrible et reposant. La bataille est finie, maintenant vient l’heure de la récolte. On voit le monde défiler devant nos yeux sans avoir le droit d’y mettre sa pâte. Je sais pas pour vous, mais moi, si je suis militant, c’est pour m’y plonger la tête la première, alors imaginez…

1396801_10152357253372147_808849683_o

Les médias avaient aussi éventuellement la possibilité de parler d’autre chose que la mise en scène (aussi subtile que la diplomatie de Poutine) du FN comme recours à tout ce qui va mal : de la météo aux pourris qui nous gouvernent. Seulement voilà, alors qu’un événement historique se passait derrières les Pyrénées, la cacophonie médiatique nombriliste n’a bougé le petit doigt. Et pourtant…

C’est quoi ce truc au juste ?

En France, si nos petits cœurs étaient dans le creux de la vague entre l’activité intense de la campagne et le stress du jour du vote, les Espagnol-e-s organisaient depuis plusieurs mois une riposte massive à la politique d’austérité. Mais pas genre l’austérité « allez ce soir c’est pâtes au gruyère comme hier », plutôt genre 25% de chômeurs et 55% chez les jeunes. Donc on vit où on peut, et quand on a un appart, l’eau et l’électricité sont en option, comme les services publics les plus élémentaires. Bref, un bond en avant civilisationnel made-in troïka.1979167_10152357254067147_1241094035_o

Seulement comme cette bonne ambiance a commencé à peser sur certaines têtes. V’là t’y pas que des collectifs, des syndicats et partis politiques s’allient depuis 6 mois pour organiser une grosse sauterie. C’est assez inédit en Espagne, c’est assez inédit tout court d’ailleurs. En France depuis le Front Populaire, c’est plus trop la mode. Mais ça revient progressivement parce qu’il faut bien se dire qu’une riposte commune ça a vachement plus de gueule dans la période.

Bref, les espagnol-e-s bien remonté-e-s, et libéré-e-s de toute contrainte professionnelle du coup, ont décidé de faire partir des marches de tout le pays en direction de Madrid pour ce fameux 22 mars. Résultat ? 2 millions de personnes ! (740 selon Valls, en comptant les 1700 policiers. euh…) Un raz de marée humain dans la capitale. « La plus grande manifestation de l’histoire récente » du pays, précise l’huma. Et bon quand c’est l’huma qui le dit…

Cette révolte dans l’ombre qui bouscule

La forme, le fond et le résultat sortent donc de l’ordinaire. La forme, j’en parlais, c’est cette progressive porosité entre les syndicats, les forces sociales et associatives, et les partis politiques. En France ça commence aussi à venir. Le fond, un concentré de politique de gauche : plus de libertés, plus de répartition des richesses, moins d’austérité, des services publics. C’est la convergence de revendications qui grondent comme un bruit sourd dans les villes de la péninsule depuis des années. Peut-être un pas avant le « qu’ils s’en aillent tous ! » qui a débarrassé les sud-américains de nombreux dirigeants politiques corrompus.

1Mais c’est pas assez pour la presse française occupée à faire des publi-reportages sur les nazillons des listes FN partout en France. Pas assez jusqu’à ce que… ça se foute sur la gueule. Et oui, attiré par l’occasion de réduire une puissante manifestation à une rixe de bar, les mass-médias se sont jetés sur leur proie comme des zombis sur un survivant. Résultat ? Le Nouvel Obs fait 2 articles centrés sur les débordements et les blessés, Libé ne peut pas s’empêcher de l’évoquer dans le titre de son article, France Télévision centre son reportage dessus, Le Parisien, Le Point et Ouest-France suivent évidemment la meute lancée par l’Agence pour la Fainéantise de la Presse (AFP).

Rien sur le fond des revendications, au-delà d’une vague « austérité », ni sur la forme inédite du rassemblement.

Et on s’y met, nous ?

Une fois encore, la démonstration se fera par la force du nombre, quoi qu’on crache sur notre camp à chaque colonne réactionnaire. S’il fallait convaincre encore que le système médiatique protège la poignée de pourritures politiques qui assènent la même doctrine sans nuance, sans raisons et surtout sans bon résultat, partout, on l’a trouvé.1450235_838293422852769_563601015_n

Ces adversaires qui ne doivent pas nous effrayer. La nouvelle forme que prend la contestation est la bonne. À mesure que nous serons des milliers, des centaines de milliers, dans la rue, le ridicule décalage entre la réalité et son traitement ubuesque sautera à la gueule de la population. Comme l’arbre qui s’accroche à ses feuilles avant l’hiver pour faire illusion, c’est une vulgaire peinture qui tient le système politique et économique en place. C’est à nous de bousculer ses branches, nos pieds font trembler la terre, nos slogans sont des gifles à leur insolence.

Faisons sauter ces cadres contraints où chacun se regarde le ventre : où les uns ne viennent pas parce que les autres ont eu l’idée d’abord ; où certains auraient peur que d’autres parlent à leur place, ou détournent leur force comme ce fut trop souvent le cas dans l’histoire. Les atermoiements doivent être balayés par la masse des indignés de notre société. C’est le sens de la marche du 12 avril.

Alors, le défi est lancé, 2 millions à Madrid. Et chez nous, on s’y met ?

Romain JAMMES

Advertisements

3 réflexions sur “Cette révolte espagnole qu’on ne voit pas à la Télé…

  1. Pingback: Cette révolte espagnole qu’on ne v...

  2. Oui, c’était une manif gigantesque. Et pourtant ce nombre n’est pas le plus important. Parce qu’on sait bien qu’une marche même à près de deux millions ne sert à rien. Elle ne gêne pas un gouvernement. C’est ce qui a été décidé pour la suite de cette marche qui est important. La myriade de ces petites actions où l’on va reloger des expulsés, empêcher de nouvelles expulsions, occuper de force tel ou tel bâtiment, etc. Bref entrer dans le concret en aidant tout de suite ceux qui sont dans la merde. Le gouvernement espagnol en a une chiasse verte qui a fait voter des voter des lois liberticides avec des peines ahurissantes pour des actions tranquilles comme un refus d’expulsion.

    La marche du 12 avril, c’est bien si on se met nous aussi à passer à l’action le lendemain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s