Après les urnes le pavé…

Allez, voilà, il me tardait de reprendre le clavier sous mes doigts excités par le manque. L’absence d’activité dans nos colonnes n’était pas un abandon ou un découragement. Vous commencez peut-être à me connaître. Simplement quand il faut être au charbon et que, malgré tous mes efforts, les journées n’ont que 24h, bien le choix est vite fait.

tumblr_n0xjr4dopS1qed11lo1_1280

Ma campagne

Ouais, c’est que j’étais en campagne. Et j’ai parfois un petit souci, c’est que quand je suis en campagne, j’y vais pas à moitié. C’est une espèce de mode de vie. Une fenêtre constamment ouverte dans notre système d’exploitation biologique… Comment on appelle ça déjà ? Ah oui, le cerveau.

Et bien il a fallu en user. Une campagne municipale, c’est déjà l’occasion de montrer que nos grandes idées ce n’est pas de la métaphysique. L’échelle locale est porteuse d’exemples incroyables et de logiques qui devraient s’appliquer à l’échelle nationale et internationale. D’ailleurs, quand certain-e-s maires socialistes savent prendre quelques mesures de gauche à l’échelle locale, tout cela s’évapore dès qu’il s’agit d’en faire une politique générale. Personne n’est parfait, si ?

La campagne a donc remué nos méninges pour donner du sens à tout cela. Les problèmes quotidiens ne sont pas que d’ordres municipaux. Nous ne sommes pas du genre à serrer les mains et tâter le cul des vaches, ou à promettre de refaire le trottoir dans votre couleur préférée. Avant tout, l’obstacle au bien-vivre, c’est l’austérité imposée par le gouvernement. Trouvons les remèdes locaux ! Gratuité, sur tout ce qui est possible, partout où c’est possible : pour les transports, pour l’eau indispensable à la vie et pour d’autres services publics. Relocalisons l’emploi en cessant cette course à la compétitivité et à la recherche de l’exportation de la production. Créons des circuits courts et locaux dans tous les pans de l’économie : de la nourriture des cantines publiques à la production d’énergie. Baissons les loyers en construisant et en réquisitionnant les logements vides. Construire, oui, mais pas n’importe comment. Pas ces quartiers dortoirs de bunkers à digicodes. Pas ces zones désertes de lien social et pourtant remplies de monde. Mettons de la culture partout et tout le temps, de la diffusion à la production car il n’y a rien de plus révolutionnaire que d’allumer l’étincelle de création qui sommeille en chacun-e de nous !

tumblr_n1zab6pAiq1qed11lo1_1280

Je m’arrête là. Le matraquage médiatique a transformé ce qui pouvait concrètement changer la vie des gens, en une espèce d’examen apolitique entre ceux qui ont plus d’affaires au cul que d’autres, et ceux qui sont censés être les sauveurs suprêmes, le FN. De tous les combats que je mène, l’arène politique est la plus dure, c’est celle où on prend le plus de coups car ceux qui tiennent les manettes sont prêts à tout pour ne jamais les lâcher. Ma campagne a été magique dans ses rencontres, dans le collectif que nous avons constitué, dans l’enrichissement intellectuel quotidien qu’elle a permis. Elle a été la plus dure car son sens a été noyé par la division, l’absence de débat et la désolation des nôtres.

Et pourtant…

Et pourtant pas de quoi s’en tenir à la ligne éditoriale officielle : débâcle pour la gauche, la droite en force, le FN triomphe. Le triptyque organise sciemment la disparition de l’alternative, largement aidé par les alliances à géométrie variable des directions communistes.

Nous devons reconnaître ce qui ne va pas. Dans les plus grandes villes, les scores ne sont pas mirobolants. Nous avons manqué d’audience, de clarté, peut-être de concret dans certains cas. Plus globalement, le tableau est loin d’être noir. 11% en moyenne pour les listes autonomes, 15% quand EELV en fait partie. Quand EELV est tout seul, sa moyenne est de 9%. C’est bien que eux comme nous, avons intérêt à ce rassemblement pour ne pas rester cantonnés à des positions minoritaires.

L’épreuve des faits donne raison à notre espoir : rassembler cette gauche allant des socialistes opposés à l’austérité jusqu’au NPA en passant par EELV. Cette alliance est possible et elle marche. Elle ouvre un boulevard à l’implication citoyenne qui n’a jamais voulu jouer les arbitres entre nous. De l’œil relativement neuf que j’ai en politique, la stupide division est ce qui conforte les socialistes les plus pourris le cul vissé sur leur fauteuil. À Grenoble nous sommes passé devant, à Rennes, notre poids est incontournable et oblige le PS à prendre des positions de gauche surprenantes. Dans de très nombreuses villes, la dynamique appelle au maintien et à la confrontation des idées jusqu’au bout.

tumblr_n13s2xubum1qed11lo1_1280

Des raisons d’espérer mais pas de triomphalisme, les positions des fascistes se renforcent, et la plupart des seigneurs locaux restent en place ou les échangent contre d’autres seigneurs gestionnaires. Dans les villes où nous prenons le bouillon, le PS en profite pour nous enfoncer, c’est normal. La bataille sera longue mais nos têtes sont dures et déterminées. Nous ne cherchons pas à marchander quelques places en échange d’une muselière, nous sommes libres et nous le resterons. Chaque victoire sera un point d’appui et montrera aux citoyen-nes désabusé-e-s qu’ils n’ont, cette fois, pas affaire aux pourris qui les gouvernent depuis 30 ans…

À nos postes de combat !

Romain JAMMES

crédit photo Askatom

Advertisements

Une réflexion sur “Après les urnes le pavé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s