La Nostalgie gerbante de la monarchie…

Et c’est reparti pour un tour. Qui a mis cette putain de pièce dans la machine. Rebelote le refrain nauséabond folklorisant les monarchies européennes, rebelote le conte de fée mielleux type Disney avec ces chants de merde et ces petits oiseaux heureux. Vous savez, en fait, j’ai presque rien contre les Disneys. Bon y en a quelques uns qui me chiffonnent mais dans l’ensemble je n’empêcherais pas un gosse de les regarder (de là en l’encourager il y a un monde hein).

1Non, non, le souci est pas tant cette niaiserie sexiste de type prince charmant et belle au bois dormant. C’est cette valorisation féérique de la noblesse, des rois, des reines, des princes et tout ce qui s’en suit. Un traitement romanesque qui tourne à une espèce de nostalgie dans notre pays où on s’est attaché à séparer Louis XVI de sa tête.

Et vous savez quoi ? On l’a fait en conscience de cause…

Nostalgie réactionnaire…

Je vais vous avouer un truc sale. Rassurez-vous, c’est pas un truc qui arrive aux princes et aux princesses qui sont bien trop parfaits. Quand vous allez aux toilettes, parfois, malgré la chasse d’eau, reste quelques traces malencontreuses de mon passage. Ben là c’est pareil, les pseudos roitelets en carton qui paradent, c’est un peu la trace d’un système de merde. Je sais pas pour vous, moi en général je nettoie. Mais après tout, c’est ptete qu’une question de goût…3

Alors, de quelle merde ces rois sont la trace ? C’est vrai c’est là question non ? Et bien c’est la trace d’un système profondément inégalitaire. Alors attention, il est pas genre inégalitaire comme le notre. Nous on en voit des belles, mais on a quand même quelques principes encore. Non là c’est un système purement inégalitaire à la base. Genre « les êtres humains naissent libres pour certains, et surement pas égaux ». Alors du coup, ceux qui sont plus balèzes, ils ont le pouvoir et l’argent, le reste trime. Puis surtout c’est les fils et filles de ces belles personnes qui sont, à leur tour, de belles personnes. Bref, c’est fondamentalement l’inverse de la démocratie et de la République.

Alors les belles personnes, elles ont le sang bleu, elles valent mieux que les autres, voire même elles sont choisies par Dieu. Et ça leur donne des droits incroyables de tortionnaires des autres. Bien entendu, ces traces s’entretiennent dans leur petit monde 2d’aristocratie. Le successeur au trône de France est bien identifié, il attend son heure peut-être. Et toutes ces personnes survolent la vie et les problèmes que la population pourrait avoir. Ils sont glorifiés et passent en boucle à la télé, comme si le caca dont ils sont la conséquence n’était pas déjà très loin dans les tuyaux de l’histoire.

Le combat culturel

Mais derrière les strass et les paillettes, il y a un combat politique. Je ne suis pas du genre à crier au loup en permanence. Mais le traitement médiatique est tellement disproportionné qu’on prend une repentance en pleine gueule. Dans ce contexte où la défiance vis à vis des institutions politiques est grandissante, ça sent très fort le c’était mieux avant, comme si, au final, toutes les femmes étaient des princesses et les hommes des princes vivant de fougueuses aventures.

D’ailleurs pour couronner la repentance, Le Parisien publie même un sondage pour savoir si –oui ou non– on aimerait avoir un Roi ou une Reine en France. Est-ce pour savoir si on veut s’identifier béatement à un monde qui n’existe pas ? Est-ce que c’est pour faire Hara-Kiri à la République et puis se dire « de toute façon je m’en fous, autant qu’un autre décide tout à notre place » ? Est-ce par nostalgie collective d’une justice arbitraire ? Est-ce que c’est simplement pour se bourrer la gueule à chaque nouvel événement ?

C’est peut-être pour tout un tas de raison. Sauf que voilà, le message est assez clair, et le sondage vient timidement prendre la température. Une histoire qui se répète étonnement, puisque qu’avant les sondages bidons 4et avant même Le Parisien, la réhabilitation culturelle de la monarchie a précédé sa reconquête (sous des formes variées évidemment). Tenez, l’exemple de la Grèce antique nous montre que la littérature rejetait massivement d’expérience toute idée de monarchie contre laquelle les cités s’étaient érigées en peuple libre. Seulement un travail culturel progressif a été fait, tant et si bien que l’idée d’un roi, mais genre un roi cool qui est bon avec le peuple, a fait son chemin. Patatras quand l’idée est mure Philippe II (le père d’Alexandre) arrive avec fracas et installe sont régime monarchique. Sans préparation culturelle, pas sur que la tâche aurait été si facile, d’autant qu’il a été progressivement personnifié autour de lui, pour finir par être une claire divinisation des Rois vivants dans certaines cités.

Bref, tout ça pour dire que la République chie sur la monarchie. Et que ce traitement médiatique féérique, sans être une œuvre consciente de réhabilitation monarchique, participe largement à une espèce de nostalgie culturelle qui fait tout sauf renforcer notre système démocratique. L’idée de l’homme providentiel, déjà véhiculée par la Ve République, participe déjà largement à ce phénomène culturel qu’il faut regarder avec attention…

Romain JAMMES

Advertisements

7 réflexions sur “La Nostalgie gerbante de la monarchie…

  1. Pingback: La construction médiatique du #RoyalBaby | Le blog de Thomas Lépinay

  2. Je constate chaque jour cette défiance vis à vis de la démocratie et des valeurs républicaines chez certaines personnes.
    C’est pire que de la défiance c’est de la haine, suffit d’aller voir les commentaires sur des sites genre atlantico pour mesurer à quel point la République est est danger et puis il y a les neuneux qui se sont construit une conscience politique en regardant des dessins animés, les prince charmant et de toutes la camelote qui va avec et n’oublions pas nos « élites » pourries qui voient dans la République un obstacle à leur pouvoir personnel…
    Alors c’est tellement mieux ailleurs…regardez comme ils sont beaux avec leur bébé hein ?!
    Et c’est à coup de photos sur papier glacé qu’ils nous vendent une organisation sociale d’un autre age fondée sur la domination d’un petit groupe et en totale contradiction avec la Déclaration Universelle des Droits de l’homme.

  3. Pingback: /// 24-07-2013 / -15- /// | Salut les Parano(e)s !

  4. « Alors du coup, ceux qui sont plus balèzes, ils ont le pouvoir et l’argent, le reste trime. »

    C’est plus la définition d’une méritocratie, que d’une aristocratie.
    Les deux systèmes sont assez différents. Il me semble que la féodalité française a lentement dérivé d’une méritocratie guerrière, vers une aristocratie purement héréditaire dans laquelle le port de l’épée réservé aux nobles ne relevait plus que du symbole.

    En théorie, la notion libérale de « méritocratie » donne les mêmes chances à tout le monde (en pratique on constate une forte reproduction des classes sociales au fil des générations).

    Sinon, je regrette que ton billet n’aille pas chercher dans les causes de ce regain d’intérêt pour la monarchie et les symboles qu’elle représente.

    J’ai l’impression que nous vivons dans une époque totalement désenchantée, sans symboles forts, où l’ex-religion dominante (catholique) perd de son emprise spirituelle, et dans lequel la Vième République défaillante fait de moins en moins rêver à chaque scandale. Ajoute à ça la peur croissante du lendemain – crise économique, guerres permanentes à travers le monde, catastrophes écologiques en prévision.

    L’être humain a besoin de rêver, de se sentir partie prenante d’une Histoire, de jouer un rôle dans quelque chose de Grand. Vu que notre réalité ne propose plus de Grandeur, on va la chercher un peu n’importe où : dans les fictions (films de super héros, fantastique, heroic-fantasy..), dans les « valeurs traditionnelles » (réactionnaires) de la droite catholique.. ou dans la monarchie. On peut blâmer comme tu le fais l’aspect négatif qu’il y a se réfugier dans la nostalgie de l’ancien régime, mais on ne peut pas reprocher aux gens cette envie de transcendance.

  5. Toute cette monarchiemania est à gerber, c’est bien de le rappeler. Vive le Liberté, l’Egalité et la Fraternité!

  6. Je me disais en tombant par hasard sur ton article : »mais qui peut être ce républicain acharné ? ». Et bien, c’est toi, et c’est très bien comme ça. Lala Baba

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s