D’un vœu à l’autre, le temps d’un foutage de gueule

Ça c’est fait ! 2012, les élections, l’épuisement, les vacances, le déménagement à Toulouse, les renoncements prévisibles de Hollande et la continuité de notre bataille. C’était une année très riche, qui a bousculé le pays et qui m’a bousculée aussi, à sa manière. Si une chose m’a marquée c’est ce jour où nous avons pris la Bastille, le 18 mars. Nous avons donné une force matérielle à une idée, c’est ce qui en a fait une force et qui a totalement changé la manière dont la population et les médias nous ont perçus.

542109_10200436196806688_481128980_n

Au final le solde de tout compte n’est pas si réjouissant. Le Front de Gauche est devenu une force incontestable dans l’éventail politique. Mais ce qui est incontestable, aussi, c’est la politique ultra-libérale que le gouvernement s’acharne à imposer. Et ce qui fait grincer les dents, c’est qu’entre temps, on s’est pas mis une muselière… nous.

Le chien de garde du gouvernement

Ça agace et quand on fait l’addition, il y a des lignes qui gênent. Mais faire l’addition, c’est aussi à ça que servent les fêtes de fin d’année non ? Alors très inspiré, Le PCF a fait un petit bilan, histoire qu’on en rigole. Ça nous change de la rage et des pleurs des Sanofi, des ouvriers de Peugeot, enfin de tous ceux qui sente la lame du poignard socialiste entre leurs omoplates. Et voilà ce que ça donne :

Horreur, à Solfé, là où l’autodérision fait office de dogme, ça bouscule. Quoi ? Les communistes qu’on essaye d’acheter avec tous les postes possibles, se rebellent ? Ils osent critiquer le gouvernement. Bien sûr en tant que bonne « agence de com’ de Hollande », le parti se met en branle et improvise une réponse bien sentie du genre du maître d’école qui tape avec sa grande règle sur les p’tits doigts communistes. Je soupçonne personnellement le directeur de la communication en vacances d’avoir laissé un stagiaire décérébré prendre les commandes pour pondre un communiqué comme celui de Harlem Désir.

Dans cette grande œuvre littéraire, outre les sermons condescendants, on lit des arguments à faire pâlir un prof de rhétorique. Voici les grandes mesures de gauche (rire) que les vœux du PCF ont omis de mentionner :268100_463444970359910_757361885_n

–          Les emplois d’avenir et les contrats de génération : le verre d’eau dans l’océan de chômage. Je suppose qu’on doit lui pondre un autel.

–          La hausse de 2% du SMIC : Oui, il a osé s’en vanté. Jamais la gauche n’a fait une hausse aussi ridicule du SMIC de toute son histoire !

–          La retraite à 60 ans : pour les carrières longues et non pour tous, avec à la clef une nouvelle réforme en 2013 qui ne promet rien de bon.

–          Des nouveaux postes dans l’éducation nationale : au prix d’une cure encore plus rude que la RGPP dans de nombreuses administrations

–          Loi de séparation des activités bancaires : qui a accouché d’un néant grâce à l’intense lobby des banques qui a manifestement plus payé que celui des syndicalistes en plein plan social.

–          La banque publique d’investissement : qui n’a que regroupé des institutions déjà existantes et dont les marges de manœuvres sont aussi limitées que s’il s’agissait d’un plan com’ (étrange non ?)

Ah je ne croyais pas le PS capable de ce genre d’argumentation. Moi qui pensais qu’il ferait profil bas pour éviter le ridicule. Manifestement, Harlem et son équipe voulaient qu’on se tape une belle tranche de rire pour cette fin d’année ! Manifestement, pour le grand chef de l’équipe rose, même quand le PS est à tout niveau de responsabilité, tout le monde doit se transformer en gentil soldat et taper sur la droite. Comme c’est mignon…

Le courage de se mettre à genoux

Dans cette réponse, Harlem Désir botte néanmoins en touche sur des critiques essentielles. Celle du TSCG, validé et non-négocié, mais qui cache l’orientation politique globale du gouvernement qui prend à contre-sens la gauche et les attentes de toute la population. Le gouvernement parade avec le MEDEF et tous les symboles du patronat le plus rapace. Il fait la sourde oreille aux revendications syndicales et se prépare à attaquer le code du travail. Je vais pas vous refaire le coup des deux côtés de la barricades, mais elle sonne quand même bizarre cette gauche là…

484121_10151165940528760_1532431714_n

Dans ce contexte, on peut pas dire que les vœux soient étonnants. Ils ont même une certaine redondance avec ceux qu’on se tape depuis 10 ans. On va faire baisser le chômage grâce à nos efforts. Pourtant depuis le temps qu’on en fait on voit pas trop ce que ça change. La compétitivité est au moins aussi importante que la solidarité et l’Europe c’est cool. En gros l’idée est vous dire qu’on est dans la merde pour faire passer la pilule de l’austérité, tout en vous donnant un peu d’espoir histoire que vous preniez pas les armes. Vu de l’extérieur, c’est un peu comme si on nous tirait une balle dans la jambe en expliquant qu’après guérison on marchera mieux qu’avant. On repeint ça en courage, avec des peintures de guerre et des fausses cicatrices, alors que le capitaine est à plat ventre devant l’ennemi.

Non décidemment, ces vœux, c’était vraiment du foutage de gueule. Du violon diront certains. Enfin peu importe l’instrument, après avoir regardé désespérément ces 10 minutes étonnement vides, j’ai noyé mon chagrin dans l’alcool avec cette sensation étrange d’avoir trop respecté les règles jusque-là.

 

Je crois qu’en 2013, on va les bousculer, et y en a besoin !

Romain JAMMES

Publicités

6 réflexions sur “D’un vœu à l’autre, le temps d’un foutage de gueule

  1. Faut dire qu’il a du travail le stagiaire en com’ décérébré pour te vendre le rêve de l’histoire du « socialisme » à la sauce hollandaise ! En tout cas, le bilan est implacable, on a changé le pantin mais ce sont toujours les mêmes qui dirigent. Ceux qui continuent à rester dans les jupes du gouvernement en se bouchant les yeux ne sont pas des optimistes courageux (qui veulent « faire bouger les choses de l’intérieur ») mais des complices de cette cruauté sociale !
    Bonne année à vous deux, pressé de vous revoir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s