Pourquoi les homosexuels dérangent ?

Ce débat sur le mariage commence à être lourd. La question est importante, mais quand on soulève ce genre de problématique, y a beaucoup de merdes qui remontent : notamment l’homophobie latente de nombreux réac’. Hollande fait moins que le minimum sur le mariage et se prononce contre la PMA. Les cathos et les fascistes, soutenus par l’UMP, remuent ce qu’ils peuvent pour sauver quelques traditions désuètes. Dassault prévoit l’apocalypse et Marie-Sol Touraine refuse toujours que les homosexuel-le-s donnent leur sang…

manifestation-mariage-pour-tous-gay-reuters-930620_scalewidth_630

Décidément l’homosexualité, ça dérange. Pourtant, avec un peu de recul, on a du mal à comprendre pourquoi. Qu’est-ce que ça peut foutre à tous ces gens l’orientation sexuelle de leur voisin ? Ça fait pourtant de mal à personne ! Alors qu’est-ce qui dans l’inconscient donne l’impression que c’est sale ?

La connerie essentialiste

Évidemment, un des refrains habituels derrière lequel se cache l’homophobie, c’est l’essentialisme. Le genre est un instrument savamment organisé pour bien distinguer l’homme et la femme, et pour leur donner des attributs soit disant complémentaires. La femme est douce, intellectuelle, maternelle et émotive. L’homme est fort, protecteur, rationnel et sage. Évidemment, c’est par PUR hasard si ces caractéristiques structurent une domination de l’homme sur la femme. La théorie du complot, tout ça tout ça… sur la construction du genre. C’est un truc anti-homme inventé par une poignée de gouines hystériques. Les essentialistes, eux, se basent sur les pionniers des sciences humaines (par pionniers il faut comprendre que c’est très vieux).1

Reprenons donc. L’homme et la femme sont donc complémentaires dans leur comportement comme pour la conception d’un enfant. Il est donc clair, comme 1 + 1 = 2, que l’équilibre d’un enfant repose sur l’apport de douceur, de maternité etc… de la part de la mère ainsi que de fermeté et de rationalité de la part du père. Suivant ce raisonnement il y a aujourd’hui une bonne part des enfants de ma génération, et encore plus de la suivante, qui sont potentiellement des dégénérés. Pour moi je savais, mais à cette échelle ça devient très inquiétant.

Donc cette foutue complémentarité justifie l’impossibilité d’avoir deux mamans ou deux papas. Pourtant, à bien y regarder (comme c’est fait ICI), il n’y a rien de naturel auxdits comportements. Et passé l’accouchement et l’allaitement (que beaucoup de femmes ne pratiquent pas), il n’y a aucun lien entre la mère et l’enfant qui ne puisse avoir lieu entre le père et l’enfant. Dingue ? Il n’y a rien de naturel non plus à la structure familiale mère + père + enfants qui est en fait assez récente au regard de nos civilisations. Par ailleurs, il n’y a rien de contre-nature dans l’homosexualité, d’autres espèces animales ne se contentent pas des rapports hétéro et si on prend les choses par ce bout, je n’ai vu aucune autre espèce que l’être humain construire bêtement des gros monuments vides pour prier un truc dont on voit jamais la couleur.

Le pouvoir du pénis

En fait j’enfonce des portes ouvertes, il faut le dire. Mais ce qui est nettement plus intéressant dans le rejet de l’homosexualité c’est la question du pouvoir sacré du pénis. Plus prosaïquement, c’est la question du « qui encule qui ? ».

woman-phallusD’abord, les hommes considèrent (consciemment ou non) que leur pénis a un pouvoir magique. En effet, sitôt qu’une personne ne correspond pas à ses caractéristiques de genre (femme musclée, homme maniéré ou émotif,…) elle est suspectée d’être homosexuelle. Et oui, comme le monde tourne autour de notre phallus, les comportements sociaux des individus sont structurés par le rapport qu’ils entretiennent avec lui. Si vous avez des caractéristiques de genre féminin c’est que vous êtes pénétré-e-s. Si vous avez les caractéristiques du genre masculin c’est que c’est vous qui pénétrez (ou du moins que vous n’êtes pas pénétré-e-s).

Le pénis est donc intimement (lol) lié à la question du pouvoir masculin. D’ailleurs, la pénétration est un symbole de force et le fait d’être pénétré un symbole de faiblesse ou de soumission. Quand dans un rapport social vous vous faites (métaphoriquement) « enculer », on ne peut pas dire que vous en sortiez gagnants. Plus généralement, c’est l’homme qui « baise » ou « prend » la femme, c’est lui qui l’a « possède » dans la littérature. Bref, la pénétration est bien, dans notre culture, un acte de domination !

Alors évidemment, dans une société patriarcale, le fait même qu’un homme puisse être « enculé », « possédé », « baisé » etc… ça fout grave la frousse. Ca remet en cause la domination « naturelle » de l’homme. Bien sur, cette peur est décuplée quand c’est une femme qui peut opérer cette pénétration. D’où la phobie encore plus développée envers les transexuel-le-s. Forcément ça fout un froid.

La sexualité autonome des femmes

La lesbophobie prend également des chemins intéressants. L’homme considère (inconsciemment) que sa position dominante est directement liée à son pénis. Il considère ce pénis comme déterminant dans les rapports sociaux mais aussi comme incontournable dans le plaisir des femmes. Evidemment, l’éducation tout comme les pratiques sexuelles ont un mal fou à s’extirper de cette représentation.

De cette considération ô combien grotesque découle des scènes assez hilarantes devant lesquels on est (presque) tous tombés quand un homme naïf est confronté à une lesbienne :

  • « Tu as eu une mauvaise expérience avec un homme ? » Évidemment, être lesbienne c’est forcément un second choix par défaut quand un home dégoute une femme.
  • « C’est parce que tu n’as pas connu de VRAI plaisir avec tes hommes ! » L’auteur de cette phrase sous-entend surement qu’avec lui ça changera tout
  • « Mais alors comment vous faites pour… » Là, l’homme étant persuadé que la sexualité est un pénis qui pénètre un vagin, il ne comprend pas comment deux femmes peuvent faire l’amour.

Il y a évidemment la cerise sur le gâteau : ces nombreuses scènes de cul où deux femmes se chauffent jusqu’à ce qu’un homme, tel superman, vienne les délivrer de TOUS leurs désirs et de cette frustration qui les envahissait jusque-là. Quel brave homme ! Aller au bout du plaisir était simplement impossible sans l’arrivée de son puissant membre.2

Rien de plus facile (oui, même pour toi) de comprendre que la sexualité autonome des femmes puisse apparaitre comme un obstacle social à la domination masculine. La lesbophobie a également ceci de particulière qu’elle est cachée, même au sein d’une homophobie déjà cachée. Les lesbiennes sont encore plus niées par la société que peuvent l’être les gays.

Dépasser l’orientation sexuelle

Évidemment, ce ne sont que mes quelques impressions. Rien n’est exhaustif dans tout ça. Mais on peut au moins noter le lien très étroit entre l’homophobie et la domination masculine. Avancer dans chacune de ces causes fait avancer l’autre.

Plus généralement, on peut revendiquer l’abolition du genre comme une des asymptotes du combat féministe (et des LGBT d’ailleurs). On peut aussi considérer que la notion même d’orientation sexuelle est à dépasser. Elle l’est évidemment comme identifiant d’une personne, mais plus généralement elle met un cadre où il ne devrait pas y en avoir. En somme, pour libérer la sexualité dans notre société, est-ce qu’il ne faudrait pas tous se considérer comme potentiellement bi et laisser la préférence dans le domaine du goût, comme un ou unetelle préfère les brun-e-es, les blond-e-s, les intellos, les timides ou les grandes gueules ?

 —–

Une piste à discuter donc… Mais on est loin d’en être là puisque aujourd’hui une poignée de réac’ suffit à ce que le gouvernement recule sur la seule égalité des droits. Histoire que tu es cruelle…

Romain JAMMES

Advertisements

32 réflexions sur “Pourquoi les homosexuels dérangent ?

  1. J’aime beaucoup ta dernière réflexion « En somme, pour libérer la sexualité dans notre société, est-ce qu’il ne faudrait pas tous se considérer comme potentiellement bi et laisser la préférence dans le domaine du goût »
    Prendre le problème sous un angle différent est peut-être la solution!

  2. Je suis persuadée que les homophobes hommes sont avant tout des hommes qui se sentent (inconsciemment ou non) des « prédateurs » (de femmes) et qui sont soudain angoissés à l’idée d’être dans la peau de la possible « proie » d’un homosexuel.
    Lorsqu’on avait parlé sur le Net des femmes qui se faisaient aborder plus ou moins poliment dans la rue par ces « prédateurs », j’avais proposé qu’on leur fasse prendre conscience du sentiment ressenti en les faisant eux-mêmes draguer par de gros musclés en cuir…..

    • J’aime beaucoup la suggestion, je l’utiliserai dans mes prochaines conversations quand on me dira que les femmes ne devraient pas mal réagir quand elles se font aborder dans la rue !

  3. Alors là, chapeau, hyper pédagogique cette réflexion, excellente ! j’adore je l’envoie à tous mes potes/ses homos et lesbiennes. C’est clair comme de l’eau de roche.
    Je partage tout.

  4. Superbe analyse, ça fait plaisir à lire, frais, énergique, un peu révolté, intelligent et maîtrisé !
    Bref un vrai régal à consommer sans modération ! (lol)
    Il est grand temps que cette société change, et j’espère que ce schéma va devenir dans quelques années aussi désuet que les réacs Chrétiens qui pronnent des valeurs qui n’existe plus ( divorce, famille mono-parentale et j’en passe ! )

  5. La connerie humaine n’a pas de limite. Mais heureusement, je pense que le message transmis par la « Boutin’s team » ne représente qu’une minorité par rapport à l’avis général, si l’on prends en compte tous les manifestants de ce week end, et qu’on y ajoute tous ceux comme moi, qui n’en on rien à foutre de la sexualité de leur voisin, on peut estimer qu’une majorité du peuple français reste fréquentable.
    Sinon, j’adore votre blog, mais s’il y a une critique que je pourrais emmètre, ce serait de rendre vos article un brin plus « accessible ». Certains termes employés, ou tournure de phrases sont tout de même compliqués pour le commun des mortels, moi même, je ne suis pas spécialement inculte, mais j’ai parfois du mal à aller jusqu’au bout des articles, par exemple, vers la fin de l’article « asymptote » ???

    • La rhétorique ne peut se passer de vocabulaire. La lecture d’un article ne peut se passer de curiosité et demande un effort intellectuel dans certains cas. Ne rendez surtout pas vos articles « plus accessibles ». A la limite mettez des définition en fin d’article, mais l’intelligence du lecteur doit continuer à être stimulée!!!!!! Merci

  6. Super article. Il y a un point non creusé à mon sens. Pourquoi la sodomie fait-elle peur ? dégoûte même ?
    Et bien, c’est une des premières choses qu’on apprend à un enfant : la propreté (pour pouvoir aller à l’école). Et l’anus est identifié comme source du sale. Alors apprendre, de nombreuses années après, qu’on peut aussi s’en servir pour avoir du plaisir, ça se fait généralement pas du jour au lendemain. Car pour cela, il faut renier un des premiers apprentissages de sa vie…

    • Oui mais la sodomie ne concerne pas seulement les homos, les hétéros aussi sodomisent et se font sodomiser avec plaisir. (ou sans pour certains ou certaines pas forcément lié au côté « sale » de l’endroit)

      • et il y a aussi des homosexuels qui ne pratiquent pas la sodomie… La pénétration n’est pas une fin en soi.

  7. Très bon article, comme d’habitude ! J’aime bien aussi la fin « En somme, pour libérer la sexualité dans notre société, est-ce qu’il ne faudrait pas tous se considérer comme potentiellement bi », si tout le monde se posait cette question, il n’y aurait plus d’homophobie.

  8. Comme tu dis, il faut dépasser l’orientation sexuelle car le débat est plus large puisqu’il s’agit du mariage pour tous que ce soient les homo, les bi, les trans, les monocouilles, les sans couilles et j’en passe.

  9. Hahaha ! J’me souviens que le « comment vous faites pour », j’en avais discuté avec une copine bi, tellement c’est énorme comme interrogation. C’est même triste pour ceux (et surtout celles) qui se posent la question. Mais non, bien sûr, les gens qui avancent qu’au moins 90% de ce qui arrive entre une femme et une femme se fait aussi très naturellement entre une femme et un homme se trompent du tout au tout.

    Parce que, comme chacun sait, un homme n’a pas une bouche, des mains, des doigts, et ne peut donner du plaisir à une femme QUE par sa queue. D’ailleurs, il faut vous souvenir que la pipe, c’est le ciment du couple, puisque toute relation sexuelle ne peut, par définition, tourner qu’autour de la verge. Et donc toute relation de couple, voire même tout rapport social, tourne autour de la bite.

    Ce n’est pas pour rien que la représentation du grade chez les militaires est souvent le chevron, symbole qui était déjà phallique avant même qu’on ne se mette à construire des casernes et à raser la tête à des jeunes gars pour les faire courir dans la boue avec un gros sac à dos et leur apprendre à faire un lit au carré.

    Eh oui mesdames. Pendant qu’on vous apprenait à être bien sages, à ranger la maison et à fermer vos gueules, nous, on nous formait déjà à nous mesurer au concours de celui qui pisse le plus loin. Avec une telle approche expérimentale des sciences physiques et de la balistique dès le plus jeune âge, faut pas s’étonner qu’on aille vers des carrières scientifiques ou militaires ensuite.

  10. Pingback: LGBT | Pearltrees

  11. Pas inintéressant comme article. Ca aurait pu être sympa que tu t’attches, également, à étudier les causes de l’homophobie féminine dont tu ne parles même pas. C’est un peu partial et incomplet à tout le moins, d’étudier l’homophobie par le genre en excluant un. Je ne ferais pas de sophisme en évitant de te dire que de mettre de côté les femmes, dans ce cas comme dans les autres, reste une attitude machiste.

    C’est vrai que ce gouvernement pourrait aller plus loin sur la PMA notamment. Néanmoins, qu’ils envisagent le mariage pour tous et l’adoption est quand même un grand pas (qui semblait pas si inéluctable). Et la pma me lance sur le sujet de « pourquoi » on fait des enfants, et pas sur le comment. Encore une fois question qui me semble trop fondamentale pour qu’on l’écarte d’un revers de main…

    • Suis d’accord avec cet autre débat qu’est « pourquoi » on fait des enfants. Mais ça mérite un autre sujet à développer.
      Surtout ne faites pas de sophisme (!), ce serait mal venu, selon moi. Cet article a le mérite de bien situer le problème de l’homophobie même si l’on est toujours forcément incomplet….

  12. Salut Romain, très content de lire tout cela ! Pour ajouter un peu d’eau à ton moulin : la morale sexuelle des Romains était fondée sur le respect de la hiérarchie sociale. La pénétration étant vue comme une domination, il était moral et sain qu’un supérieur pénètre un inférieur : qu’un vieux pénètre un jeune, qu’un maitre pénètre un esclave, qu’un homme pénètre une femme (et absolument immoral l’inverse). Comme cette morale forme notre vieux fond patriarcal, on peut interpréter l’insulte « enculé » comme l’injonction faite à un homme de cesser ne pas se comporter comme le supérieur qu’il est censé être.

    Et sinon une réflexion qui allait dans ton sens : http://pgleslilas.fr/2012/09/le-changement-cest-pour-quand-1-legalite-pour-tous-les-couples-ou-en-est-on-1/

  13. la fin de ton article est intéressante a propos de l’idée de nous considérer bi , l’erreur que tu fais c’est tu considéres comme tout le monde que les catégorie sexuel sont des catégories fermé donc tu choisis celle ou les deux autre peuvent rentré c’est plutôt le concept de catégorie sexuel fermé a remettre en question sinon très intéressant

  14. Pingback: On a testé pour vous : la réquisition d’église « L'Art et La Manière

  15. les homosexuels ne me dérangent pas sauf quand ils écrivent une phrase intelligente pour 2 pages de conneries : par un procédé de rhétorique miraculeux : si l’homme(decrit ici comme macho egocentrique et dominateur lol ) ne se soumet pas au dicta du tout « je suis bisexuel ou un refoulé  » il est montré du doigt ridiculisé et jeté en pâture à votre auditoire tout acquis a votre discours parfois plus caricatural envers les hétéros que les cliché des pires homophobe envers les homos … bref je terminerai par ceci : vous messieurs ou mesdames qui écrivez ses quelques ligne s quelque soit votre sexualité, que je respecte vous croyez défendre une noble cause mais vous vous comportez comme les pires intolérants un hétéro ne peut pas etre seulement hétéro respectueux et heureux car il sortiraient de vos clichés débiles et rassurants pour vous , moi ils me font peur … vous avez changé ; alors pour vous convenir et rentrer dans vos criteres ; la société devrai changé avec vous : changer de sexualité de mode de vie , notre respect ne vous suffit plus il faut nous aussi ce plier a la nouvelle doctrines des ayattolah du » comment bien vivre sa sexualité au 21 eme siecle « .. bref une doctrine digne des pires reac’allez chercher pires cathos ou frontiste pour discuter vous trouveré des gens a votre niveau et svp laissez les braves (les he gens la où ils sont ils vous en remercierons beaucoup croyez le bien

  16. Bonjour,
    en tant que lecteur assidu du blog de Jean-Luc Mélenchon je suis plutôt frustré de ne pas le voir développer davantage son point de vue sur le « mariage pour tous » alors je viens ici pour voir quels sont les arguments développés.
    Pour ma part je suis contre ce « mariage pour tous » même si je ne manifesterai pas le 13 janvier.
    Je suis pour un enrichissement du PACS ou la création d’un contrat spécifique pour la défense des droits LGBT. Je trouve dommage que cet appel aux respect des différences que lancent, de longue date, les associations LGBT, soit oublié à l’occasion de ce débat.
    Je ne vois pas en quoi nier les différences serait un progrès. Un couple hétéro et un couple homo ont de nombreuses similitudes mais aussi des différences fondamentales (enfanter naturellement). Ces différences devraient suffire pour la création d’un droit spécifique aussi protecteur des droits des conjoints qu’ils soient tous les deux en bonne santé ou que l’un survive à l’autre. Il ne s’agit pas de discriminer mais de différencier pour tenir compte, dans deux régimes différents de situations différentes.
    Pour finir par le sujet qui me révolte : la volonté d’introduire la PMA comme étant un droit aux futurs époux (avec, comme suite logique, la GPA). C’est un sujet fondamental qui ne devrait pas se régler par un simple amendement consécutif à une consultation qui n’en a que le nom auprès de « spécialistes » tous choisis dans le camp des favorables au projet.

    Monsieur Mélenchon a souvent dénoncé les pratiques « démocratiques » douteuses en matière économique pour faire passer des mesures auxquelles il n’était pas favorable. Aurait-il le courage de dénoncer des pratiques aussi scandaleuses quand elles servent les idées qu’il défend ??? La fin justifie-telle les moyens ???

    Bonne journée.

  17. Pingback: Un matin d’hiver… la prison masculine « L'Art et La Manière

  18. Pingback: On a testé pour vous : les bienfaits du sperme ! | L'Art et La Manière

  19. Pingback: Megamag | Toute l'actu 3.0 !

  20.  » En somme, pour libérer la sexualité dans notre société, est-ce qu’il ne faudrait pas tous se considérer comme potentiellement bi et laisser la préférence dans le domaine du goût, comme un ou unetelle préfère les brun-e-es, les blond-e-s, les intellos, les timides ou les grandes gueules ? » J’y crois. 🙂

  21. Pingback: Cj_realness | Pearltrees

  22. Pingback: On a testé pour vous : les bienfaits du sperme ! | Orgasmik

  23. Pingback: L'art et la manière | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s