On a testé pour vous : le clito !

Je sais pas si vous avez remarqué, mais il y a certaines choses qui sont omniprésentes dans notre société. Un peu comme un point godwin qui revient systématiquement dans toutes les conversations, qu’on l’avoue ou pas. Une obsession collective, qui reflète bien les consciences, voire certaines dominations.

6681308672275

osezleclito.fr

L‘autre jour, j’essayais par exemple de savoir quelle était la taille moyenne d’une femme et d’un homme (pour une recherche hautement intellectuelle dont je vous parlerais une autre fois). Comme un bon élève fainéant je tape « taille moyenne d’un homme » sur gogole pour finir par voir, ahuri, la première réponse ainsi que plusieurs dans les premières pages abordant la taille du pénis de l’homme. Quand toute unev_7_ill_633068_getimage culture phallocentrique se manifeste dans une simple recherche internet, parfois ça fait comme un tilt. Ça me rappelle cette histoire de genre que j’ai déjà raconté. Quand on correspond pas aux caractéristiques de son genre, on est souvent associé à un-e homosexuel-le. En fin de compte, les hommes pensent que le monde tourne autour de leur pénis. C’est le rapport à la sainte verge qui structure vos comportements sociaux. Je défaille un peu, à l’école on nous apprend la socialisation primaire et secondaire avec Bourdieu, on nous parle jamais du plus important : la bite !

Mais ce que cache cette énormité (oui je sais, ça vous fait plaisir qu’on parle de ça comme ça hein ?)… Donc ce qui se cache derrière tout ça c’est aussi la totale absence de l’organe sexuel féminin, et notamment, l’absence du principal organe de plaisir de l’humanité… Le clitoris ! Il est tellement absent que parfois il est carrément coupé chez les jeunes filles. Ah ces hommes, ces poètes !

Ouaaaoouuu ! Mais c’est quoi ?

Vous ne savez pas ? Si vous êtes une femme, c’est triste. Si vous êtes un homme… bah c’est triste aussi en fait. Physiquement, le clitoris c’est comme une espèce de pieuvre. La partie visible se situe au sommet des petites lèvres et peut faire plus d’un centimètre. C’est petit mais ça contient 8000 terminaisons nerveuses, bien plus qu’un pénis par exemple (c’est pas la taille qui compte hein)…

imagesPourtant on en fait pas tout un foin. Vous avez déjà entendu des phrases du genre : « Non mais son clito il fait 5mm ça fait de la peine… », ou « Oh le ptit cito ! Allez lance toi, un peu de courage ! » ? L’érection féminine, elle existe aussi avec le clitoris, tout de suite, on se sent moins seul !

Il y a aussi la plus grande partie de l’œuvre : deux racines d’une dizaine de centimètres qui entourent le vagin. La pieuvre est donc bien plus développée qu’il n’y paraît. Elle intervient systématiquement dans l’orgasme, quelle que soit sa nature. Mesdames, que vous le sachiez ou non, vous êtes clitoridiennes. Le clitoris c’est donc l’organe du plaisir par excellence de l’humanité. Et pourtant…

Mais quelle histoire ?

Pourtant, comme on en l’habitude depuis des milliers d’années. Les femmes sont toujours réduites à leur fonction de génitrices. Alors un organe de plaisir, pour les premiers scientifiques et jusqu’à la fin du moyen-âge, ça ne pouvait se concevoir sans le repeindre en organe essentiel à la procréation. Bon cela dit, certains étaient encore plus allumés après puisqu’ils lui ont donné une fonction urinaire. Aussi scientifiques qu’Atali est économiste quoi.dictature-de-la-perf-phallique

Avec les progrès (mon cul) de la science accompagnant la renaissance, la fonction de plaisir se dévoile et effraie. On le dépeint en déformation hermaphrodites. Après tout, comme c’est l’homme qui a le droit au plaisir, tout ce qui accorde du plaisir a quelque-chose de masculin non ? Plus le pot-ô-rose se dévoile, plus les réactions se crispent. Les médecins (oui ces mecs qui prônaient la saignée comme remède universel) apeurés condamnent un à un la masturbation féminine. Imaginer le plaisir féminin sans l’intervention d’un homme c’est un sacré blasphème ! Ça choque au point que pour ne plus voir le problème, le chirurgien de Napoléon préconise l’ablation du clitoris. Une solution très masculine, encore…

Mais l’excision n’est pas une pratique ponctuelle, elle est notamment systématisée au XIXe siècle dans les pays protestants. On soigne ainsi la nymphomanie et l’hystérie. C’est tellement beau ! Certains s’aventurent parallèlement à mettre en évidence l’inutilité du clitoris en matière de reproduction (il était temps), mais quitte à le bannir de l’anatomie jusqu’à la fin du XXe siècle comme le courant « ovuliste ». En fait, ce qui compte avec le clitoris, c’est qu’il disparaisse, que ce soit en vrai ou dans les manuels scolaires.

Le clitoris est politique

Mais ce qu’il y a de formidable, dans le clitoris, c’est sa signification politique. Évidemment, on la voit très largement venir quand on regarde son histoire. On en voit aussi un autre aspect quand certaines femmes se sont déplacées le clitoris plus près du vagin pour avoir du plaisir. Leurs cov_phalluspartenaires sexuels n’étaient pas foutus de comprendre qu’il n’y a pas que la pénétration dans la vie.

Le clitoris est politique car les plaisirs sexuels des femmes sont politiques. La représentation dominante de l’acte sexuel est structurée par le plaisir masculin. Et encore, par une vision très homophobe du plaisir masculin. Si le clitoris est un grand inconnu, encore aujourd’hui, c’est parce que le plaisir féminin a été nié et nié pendant des années et des années. Il a été d’autant plus caché quand il était autonome des hommes. Le plaisir sexuel c’est le pouvoir du pénis pour nos congénères. On connait tous le tableau L’Origine du monde qui nous rappelle la fonction ô combien essentielle (ou pas) du sexe féminin, si ça avait été L’Origine du plaisir je vous laisse imaginer le résultat.

Le clitoris c’est donc le symbole d’une émancipation sexuelle. Celle qui n’est pas réduite à des préliminaires, comme dans ces scènes de films de cul où deux femmes se chauffent avant qu’un homme entre vaillamment dans la pièce pour les sauver de leur immense frustration ! C’est fondamentalement le seul organe humain entièrement consacré au plaisir. Le CLITO c’est justement le nom d’un collectif sur leS sexualitéS autonomeS à Toulouse. Les grands esprits se rencontrent, même sous la ceinture.

On a testé pour vous : le clitoris. On a testé pour vous : le sexe féministe !

Romain JAMMES

Autres articles en lien :

clito_une

Publicités

27 réflexions sur “On a testé pour vous : le clito !

  1. Merci Romain pour cet article!

    Des lectures complémentaires :
    Sylvie Chaperon, La médecine du sexe et les femmes, Paris, La Musardine, 2008, 198 p.
    Sylvie Chaperon, Les Origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Louis Audibert, 2007.

    A voir aussi : Oh my god (Hysteria en VO) de Tanya WEXLER (2011)

  2. RI DI CU LE pffff
    Monsieur Romain le toulousain explique aux femmes leurs clitoris.

    Merci, merci monsieur (sic) Romain …. Que serions, nous les femmes, sans vos révélations bouleversantes ???? à hurler de rire. Gamin va.

    • Ce n’est absolument pas ridicule. Je connais tout cela mais bon nombre (BON NOMBRE !) n’en savent rien, que ce soit femmes ou hommes et à notre époque, il commence (!!) à devenir important de s’y intéresser…
      Alors merci de consacrer un article sur notre organe de plaisir, cela libère nos sexualités.

    • Vous pensez vraiment qu’un article sur la négation/le rejet du plaisir féminin auto-procuré (représenté donc par le clitoris) dans l’histoire est un cours sur le clitoris qui s’adresse aux femme ?

      Le fait que l’homme, par peur de perdre sa place exclusive et auto-attribuée de « créateur du plaisir féminin » et donc de « mal dominant », se soit mit à pratiquer l’excision – pour vous c’est une explication du clitoris faite au femme ?

      Rassurez moi vous n’avez regardé que le dernier dessin c’est ça ?

      Article très intéressant.

      Bonne continuation.

      L’ex-ska-gratteux 😉

    • typiquement feministe , je dirais meme reaction lesbienne « pure et dure » si tu savais ma pauvre combien j ai eveillé de femmes qui ne se connaissaient pas , tu fermerais ce qui te sert a faire du matchisme inversé ^^

  3. Diantre ! Ce qui veut dire que par souci d’égalité, de même que la galanterie est une forme de machisme, on va pouvoir continuer d’utiliser sans honte le pénis comme arme politique. Ouf ! Cool, la politique décomplexée…

  4. Si le tableau de Courbet s’était appelé « l’origine du plaisir », tout le monde aurait compris le plaisir masculin, et aurait vu là un organe dédié au plaisir de l’homme.

    Contrairement à ce que dit Evarista, je suis sûre que votre article, à l’image de la campagne lancée par OLF, peut apprendre des choses, notamment aux femmes, oui. Où entendons-nous parler de cet organe, sinon? Est-ce en éducation sexuelle, en cours d’anatomie, que l’on nous parle de la partie immergée? Les choses ont peut-être changées depuis mes années lycée, mais rien de tout cela à mon époque.
    Quand on sait que des femmes imaginent encore aujourd’hui, au 21e siècle, qu’il faut être « vaginale » pour être mûre sexuellement (merci pervers pépère Freud), on se dit qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir…

    • Peut-être aussi que ce tableau parle d’autre choses que de ce ‘plaisir’ qui semble obséder tout le monde…

      Les cours d’éducation sexuelle ne servent pas à apprendre aux gens à apprendre aux gens à prendre du plaisir, ni à rééquilibrer un rapport (de force ?) sociétal ; quant à penser que les femmes d’aujourd’hui ne sont pas informées parce que les hommes (qui ne connaissent pas tous Freud sur le bout des doigts, soit dit en passant) font de la restriction d’information, j’espère qu’on en arrivera pas là 😉 S’informer, expérimenter, c’est comme ça qu’on apprend, non ?

  5. Pingback: Un matin d’hiver… la prison masculine « L'Art et La Manière

  6. Pingback: On a testé pour vous : les bienfaits du sperme ! | L'Art et La Manière

  7. Pingback: Megamag | Toute l'actu 3.0 !

  8. Elles aussi en parlent du Clitoris, et elles en font même une conférence gesticulée.
     » Le clito, un petit nom qui en dit long – Plaisir et politique au pays de la sexualité féminine. »
    Elles ont même un blog où elles diffusent « des analyses féministes universitaires et activistes » à l’intention du grand public.
    http://questionsdegalite.blogspot.fr/

  9. Pingback: On a testé pour vous : le tweet sexiste de l’UMP ! | L'Art et La Manière

  10. Pingback: Cachez ce clito que je ne saurais voir ! | L'Art et La Manière

  11. Pingback: « Pas ce soir chéri, j’ai la migraine… » | L'Art et La Manière

  12. Pingback: On a testé pour vous : les bienfaits du sperme ! | Orgasmik

  13. Merci pour cet article! Je suis une femme et ce n’est que vers 14 ans que j’ai appris l’existence du clitoris, ça veut tout dire…
    Effectivement, le sexe est toujours centré sur la pénétration (donc le plaisir masculin avant tout) dans ses représentations (les films notamment) et même dans sa pratique, quand un homme prend soin du clitoris, on se dit qu’on est tombé sur la perle rare, ce qui prouve bien qu’on est bien loin de l’égalité sexuelle dans les pratiques sexuelles…

  14. Pingback: L'art et la manière | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s