En direct du congrès : Les tumultes de la gauche du PS

J’inaugure la petite escapade de l’Art et la Manière au congrès du PS. Drôle d’idée c’est vrai, mais comme ils viennent à Toulouse, on s’est dit que ce serait trop bête de louper ça. On va donc vous donner quelques nouvelles, nous promettons devant dieu (ahem !) que nous serons aussi objectifs que des loups devant un congrès de moutons. C’est donc parti !

Quelle ambiance !

Le PS c’est le parti des bruits de couloirs. Ca fait presque plus de boucan que ceux qui s’évertuent sur l’estrade à vanter les mérites des sociaux-démocrates du monde entier. Et oui, aujourd’hui c’était l’international qui était au programme. On a entendu Royal rappeler les convictions de l’internationale socialiste en matraquant 3%, 3%, 3%… à croire que les 3% qui la séparaient de la majorité absolue en 2007 lui sont restés dans la tête. Elle modère ensuite par un piquant rappel sonnant en substance comme un « c’est bien beau 3% mais faudrait p’tete aussi qu’on fasse ce qu’on a promis pendant la campagne ! » Et paf dans la gueule, ça commence plutôt bien !

Un peu avant, Pier Luigi Bersani, le leader des démocrates italiens rassure ses homologues. Malgré la situation particulière, son parti reste le plus puissant à gauche (ouf !). La situation particulière, c’est celle du pouvoir d’un technocrate arrivé sans être élu pour appliquer le programme des banques. Rien de très surprenant, austérité, austérité, et… austérité. Et ça semble arranger Piero qui ne cesse de se féliciter de la fin de la débandade économique de son pays. De Gauche je disais ? Bien sur, au lieu de préparer un programme pour redonner du souffle à l’économie face à l’enclume de la finance, le PDI compte sur l’organisation de primaires pour gagner les prochaines élections… Quelle ambition !

Évidemment, la teneur des discussions off est tout autre… notamment à la gauche du parti. Oh, il se trouve que je croise Gérard Filoche, profitons-en.

Petit bordel à la gauche du PS

Le congrès de Reims, en 2008, avait permis à la gauche du PS de rassembler ses 7 contributions en une motion : Un Monde Avance. Mélenchon s’était cassé avant le congrès devinant l’impasse dans laquelle il allait mener le parti. Les 18% recueillis avaient enorgueilli certains donneurs de leçons, notamment ceux plein de reproches face au rassemblement progressif des forces anti-libérales de 2005. Pour autant, le constat que fait Gérard Filoche aujourd’hui, est loin d’être aussi positif.

Il faut dire qu’en 3 ans et demi, Un Monde Avance a été sciemment rendue inactive par Hamon et Emmanueli. Tout était savamment peu organisé, les réunions de direction quasi-inexistantes et dans l’impréparation la plus totale. Pas de débat, pas de formation, pas de stratégie. Une manière de se couler soit même et rallier sans bouger Martine Aubry à la primaire. Le courant se coupe progressivement des forces sociales de gauche, notamment pendant les réformes des retraites. M. Filoche me rappelle discrètement le refus de Benoit Hamon ou de Razzy Hammadi de participer à des réunions publiques. Incompréhensible, selon lui. On le comprend bien.

Pendant la primaire, l’inaction de Un Monde Avance ne le rassure pas non plus. Les divergences sont exacerbées quand la stratégie se centre autour de l’obtention de 20 députés car « c’est là que ça va se passer » d’après Emmanueli. Une manière d’entériner la coupure avec les forces sociales et leurs capacités à mener un rapport de force. Le résultat vous le connaissez : Hamon dans la motion 1, Filoche et Lienemann dans la motion 3…

« Il y a des idées, si on est plus là, plus personne ne les représente »

Et maintenant ? Toute une partie de la gauche du PS, déjà aspirée par Martine Aubry pendant la primaire, s’embourbe dans la motion de Hollande. Être dans la même tendance que Valls, Sapin, Moscovici,… voilà à quoi a mené la stratégie de « tirer le PS sur sa gauche ». 20 députés oui, mais qui ont voté pour la loi organique appliquant la règle d’or, qui voteront un budget d’austérité, et un Hamon qui a défendu le TSCG comme point de départ de la réorientation européenne… On croit rêver. Derrière les ralliements, dans les fédérations, se sont joués des postes aux municipales, bien loin des enjeux politiques de la période de crise que nous connaissons. Finalement, on se refait.

La motion 3 de Filoche, elle, ne s’en sort pas mal. Les militant-e-s, à la fois mécontents de l’organisation d’un congrès à la va-vite où tout est décidé avant, et mal-à-l’aise face à un gouvernement qu’ils ne parviennent pas à défendre, ont trouvé une motion offensive. Offensive sur le fond, oui, mais pour faire quoi ? Car si Gérard Filoche insiste sur le fait qu’on ne peut rien faire en dehors du parti, est-ce que depuis 10-15-20 ans, la gauche du PS parvient à bouger les lignes ? Comme concluait un militant auprès de lui à la fin de notre entretien : « Il n’y a pas que des postes, il y a des idées, et si on est plus là… plus personne ne les représentera ! » C’est peut-être ça le problème…

Romain JAMMES

Advertisements

10 réflexions sur “En direct du congrès : Les tumultes de la gauche du PS

  1. Non mais vaut mieux en rire !!! sinon, nous reste le suicide…. politique.
    D’ailleurs, ça vient !
    Lamentable. Navrant. pfff TRISTE aussi.

  2. J’ai beaucoup de respect pour les militants de la gauche du PS à la Filoche mais force est de constater qu’ils sont de plus en plus minoritaires dans le parti, en 2005 les motions issues du non représentaient 46% des voix, aujourd’hui seulement 13%, tout est dit. Ajoutez à cela l’ erreur historique de confier leur destinées à un carriériste au dernier degré à la Hamon, l’homme qui en 2005 affirmait voter non mais refusait de faire campagne avec Mélenchon Linenman and co, et vous avez une gauche du Ps qui ne pèse rien, utilisée comme un bibelot sur une cheminé, juste là pour faire joli.

  3. Pingback: Le cri du peuple » De Montreuil à Toulouse, à propos d’un ami socialiste

  4. L’aile gauche ? Dans mon département la fédération du PS est la sixième ou septième de France en nombre d’adhérents. Eh bien la motion 3 n’a pas eu UN seul représentant à proposer aux instances ! Les rats ont déjà quitté le navire…

  5. Pingback: Too loose, ville rosse… #CongrèsPS « les échos de la gauchosphère

  6. Pingback: Congrès du PS « Le parti ne doit pas être l’agence de com’ du gouvernement » « L'Art et La Manière

  7. Merci beaucoup Romain pour ces analyses que je diffuse chez ceux qui comme moi au PG essayent de comprendre comment il y a encore des gens vraiment à gauche qui croient au PS.

  8. Le socialisme est bien mort ce jour là ! petite leçon d’économie, le kg de pomme de terre valait 0.30c de Franc en 2000 contre 1,30 Euro aujourd’hui soit 3170% de plus.. très très loin des 1,8% d’inflation ! Bien sur, ce n’est pas l’Euro en tant que tel qui est responsable de l’inflation. Un libellé en Franc serait la même chose. C’est de faire tourner la planche à Billet et de garantir des titres sans valeur qui est responsable de l’inflation. Alors que l’aile gauche du PS n’en dise mot ni n’agisse contre, ça n’est pas de la capitulation mais plutôt de la complaisance voir de la complicité et ceci amène au monstre qui s’éveille à l’horizon, le National Socialisme sera de la responsabilité des incapables.. de tout genre, jeunes comme moins jeunes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s