Est-ce que l’argent pousse sur les arbres ?

« Vous avez des amis ? Nous si !… Mais ils ont quand même un point commun avec vous : ils aiment bien notre blog. Alors dans notre grande miséricorde, on leur a proposé d’y écrire de temps à autre. Et vous savez quoi ? Ils sont plutôt bon. Voici donc la première invitée de l’Art et la Manière : Claire ! » Florian et Romain

DU BLÉ POUR SOULAGER VOS PETITS ENNUIS QUOTIDIENS

« C’est l’investissement privé responsable et venant du monde entier qui peut fertiliser la terre avec de l’argent – une fois l’environnement économique adéquat. Beaucoup de pays ont faim de tels investissements, et ces investissements peuvent aider à rendre la vie plus facile à ceux qui ont faim dans le monde. » 

Voilà les mots de conclusion d’un article publié début septembre dans le Wall Street Journal, signé par – oh, personne d’important – le Directeur Général de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). On appréciera l’extrême subtilité d’un texte transpirant l’altruisme et la générosité – quoi de plus noble en effet que de vouloir « rendre la vie plus facile » aux quelques 868 millions de gens qui souffrent de sous-alimentation dans le monde ?

 L‘heure est grave, mais heureusement le secteur privé peut sauver le monde. Bon, il faudra d’abord créer un « environnement économique favorable », mais après ça, plus rien ne devrait s’opposer à la disparition de la faim dans le monde, puisque comme chacun sait, lorsqu’on répand de l’argent dans un champ de blé, ça pousse plus et plus vite.  Il est donc urgent de faire disparaître la peur qui visiblement empêche les investisseurs de jouer sereinement leur rôle de super-héros. Qu’attendons-nous donc pour supprimer toutes les règlementations commerciales qui subsistent encore, ouvrir plus largement l’accès au système financier, et finir de libéraliser les marchés ? Puisqu’apparemment il existe des investissements privés « responsables », pourquoi nous en priver ?

Prenons peut-être un moment pour nous demander ce que peuvent être ces investissements irresponsables, qui semblent discréditer la capacité du secteur privé à remplir sa mission divine. Ça ne peut pourtant pas concerner ces multinationales, ces banques et autres compagnies d’assurance qui s’accaparent acquièrent chaque année des milliers d’hectares pour augmenter les rendements – aussi bien agricoles que financiers – et donc nourrir plus de monde ! Il est vrai qu’on raconte qu’en fait, ce serait pour pouvoir spéculer sur le prix du foncier, développer les agrocarburants, ou cultiver des denrées pour l’exportation au détriment de l’agriculture vivrière et familiale (comment ?! 75% des personnes souffrant de la faim dans le monde seraient agriculteurs ?!) Il est vrai qu’on raconte que ces firmes n’auraient pas d’autre intérêt que celui de faire plus de profits, sans se préoccuper le moins du monde de l’utilité sociale, écologique et sanitaire des cultures. Mais il ne faut pas croire tout ce que l’on vous dit. Puisqu’on vous jure que l’argent est le meilleur des engrais.

Claire B.

Advertisements

Une réflexion sur “Est-ce que l’argent pousse sur les arbres ?

  1. Oh, tiens, une invitée de marque à la une de l’Art et le Manière…

    Bon, d’accord, je ne suis peut-être pas impartial non plus. Reste un article rafraichissant, court, en forme de coup de gueule ou de billet d’humeur.

    De l’info, du positionnement politique, de la concision, le choix du mot juste, ça fait plaisir.
    On attend avec impatience le dossier de la rédaction sur ce sujet ô combien crucial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s