Hollande, le TSCG et l’urgence à géométrie variable !

L’urgence, c’est toujours une question de point de vue. Et c’est souvent dans l’urgence qu’on a fait les plus belles conneries. À l’occasion ça a servi pour justifier les pires prises du pouvoir. Après tout, quand on sprint, on n’a pas le temps de regarder si on ne vient pas de marcher dans une merde.

En vérité l’urgence, ce n’est jamais qu’une stratégie. Car comme tout ne peut pas être urgent (sinon ce n’est plus vraiment de l’urgence mais un suicide collectif), il faut bien un semblant d’arbitrage. Et mon p’tit doigt (oui encore lui ; et là vous avez l’image de Romain parlant passionnément à son petit doigt)… bref, mon p’tit doigt, il me dit qu’un arbitrage qui consisterait à classer ce qui est urgent et ce qui ne l’est pas, c’est comme qui dirait un peu d’la politique. Je dis ça…

Vite ça urge !!

Alors pour le gouvernement, il y a des dossiers sur le feu. On s’en doutait. Après 10 ans de droite, toute bonne poire comme moi peut se dire qu’il y a du pain sur la planche. Bon, pour tout dire, mon p’tit doigt était quand même sceptique sur ce qui allait se passer. C’est que mon p’tit doigt, il a du flair. Les plus naïfs s’attendaient à des changements rapides. Une déflagration des politiques publiques, voire des chars soviétiques (merde je les ai cherché à la bastille le jour-j !). Mais bien sur, rien de tout ça… alors qu’est qui urge pour ce gouvernement ?

L’urgent, depuis l’élection de M. Hollande, ça a été de démanteler les camps de Roms pendant l’été. Il faut dire que l’énergumène qui s’occupe de ça, il en connait un rayon. Il nous avait déjà fait le coup à Evry. Oui je fais parti des gens qui n’ont pas découvert Valls quand il a eu le ministère de l’intérieur… Bref, manu militari, les choses n’ont pas trainé, c’était du Guéant en puissance, avec un costume blanc pour pardonner le tout. Évidemment, c’était moins urgent de les reloger.

Car l’urgent, pour nos joyeux lurons attablés à l’Élysée le mercredi matin, c’est aussi le logement. Enfin, surtout ceux qui sont squattés. La police du changement, c’est virer les réquisitions citoyennes de logements vides, avec une efficacité qui ferait pâlir la Guardia Civil. Le logement du 24 rue Saint-Marc à Paris a eu le droit au matraquage des murs, aux portes d’entrée enfoncées et même à des parachutages de flics sur le toit. Peut-être que le GIGN pensait y trouver Al-Qaïda ? Quelle déception, ce n’était que Jeudi Noir. Certains avaient cru, que l’urgent dans le logement, c’était de briser la spéculation sur les espaces vides qui organise la rareté, d’en finir avec les marchands de sommeil qui font du fric sur la misère. D’autres encore plus naïfs pensaient que la « Gauche » au pouvoir permettrait plus facilement l’expression d’un mouvement social légitime. Mais non, le changement, pour le coup, c’est que la durée d’intervention a été très largement réduite par rapport à Sarkozy. Et bien…

Enfin, l’urgence pour Ayrault et sa bande, c’est la procédure pour faire passer le TSCG. Pourquoi ce traité si important, qui prévoit l’austérité à perpétuité, la toute puissance de la Commission Européenne et un climat délétère entre les États, doit passer sans débat ni dans la société, ni au parlement ? Qu’est-ce qui justifie qu’on censure tout bonnement les navettes parlementaires pour un traité qui ne s’appliquera de toute façon qu’au 1er janvier 2013 ? Est-ce que le PS aurait peur que les Français se rendent compte qu’on se fout de leur gueule ? N’en déplaise aux bouffons qui me font la morale dès que je critique le PS, est-ce que le gouvernement ne fait pas un coup de Poker CONTRE le peuple ? Si même le débat n’est plus respecté, qu’est-ce qui lui reste pour se dire de gauche ?

Tout doux, on a le temps !

Car ce qui frappe le plus, en fait, c’est ce qui n’est vraiment pas urgent pour ce gouvernement PSEELV. Pourtant Dieu sait (comme tout le monde quoi) qu’il y a moyen de faire les choses assez vite chez nous. Tellement vite que ça en deviendrait flippant, comme les lois sécuritaires qui s’enchainent depuis 10 ans sans qu’elles aient le temps de s’appliquer. Depuis que les faits-divers arbitrent l’ordre du jour de l’assemblée, on se croirait à la récréation.

Ce qui n’est pas urgent donc, dans un contexte économique où un plan social est annoncé toutes les semaines (quand c’est pas tous les jours), c’est l’interdiction des licenciements boursiers. Aïe aïe, c’est gênant tout ça. En plus, il se trouve que c’est voté par le Sénat et il n’y a plus qu’à repasser devant les députés. (Oui pas de procédure d’urgence ce coup-ci). Du coup, y a des têtes dure comme la direction de Sanofi qui malgré les 6 Milliards de bénéfices vont supprimer 1600 postes (ah non 900 depuis que Montebourg tel Superman a terrassé le capitalisme). Mais tout ça, c’est pas urgent.

Ce qui n’est pas urgent non plus c’est l’augmentation des salaires et des minimas sociaux pour relancer l’économie. Le SMIC, c’était 2% : pas la folie des grandeurs, surtout pour les temps-partiels imposés, les femmes quoi. Mitterrand, qui n’était pas le plus grand des gauchistes, l’a augmenté de 20%. Bon allez, je suis grand seigneur, si Hollande fait un dixième de ce qu’a fait Mitterrand ce sera déjà grandiose. J’imagine qu’il compte se réparer dans 5 ans, enfin c’est ce qu’il dira.

Enfin, parmi ce qui n’est pas urgent, on aurait tord d’oublier le cumul des mandats. Certains du parti dit « sérieux », comme dirait Nath, nous avaient promis qu’après 2012 il n’y aurait pas de soucis. Mouais… Ils nous promettent pour 2014 maintenant, puis comme faudra bien un temps pour que les nouvelle équipes municipale/générale/régionale/intercommunales se forment, 2015… Ouais mais 2 ans avant les législatives c’est bof… Allez, après 2017 promis ! Je ne fais pas la suite du tableau.

Tout ça pour dire que, dans ces arbitrages que mon p’tit doigt appellerait politiques, il y a quand même de quoi s’inquiéter. J’me dit que l’urgent, c’est peut-être bien de leur un coup de pied au cul !

Romain JAMMES

Advertisements

2 réflexions sur “Hollande, le TSCG et l’urgence à géométrie variable !

  1. Pingback: Grand écart et foutage de gueule à EELV « L'Art et La Manière

  2. Pingback: D’un vœu à l’autre, le temps d’un foutage de gueule « L'Art et La Manière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s