Les OGM : la surface de l’iceberg !

On est quand même dans un système bizarre. Il faut le dire, l’ingéniosité qu’on développe à faire des conneries me sidère tous les jours. Plus de limite. Certes parfois c’est utile, les grandes constructions humaines sont celles qui ont explosé les limites et les représentations. Celles dont on disait qu’elles étaient impossibles, rêveuses, utopiques. Mais honnêtement au regard du tableau général il y a de sacrés accrocs.

 

Le marché-roi

Et l’accroc qui fait mouche, c’est notre capacité à avoir tout soumis aux règles du marché : la planète entière (ou presque) déjà, mais toutes les industries, progressivement tous les services. Rien n’y échappe. Comme un poison létal le capitalisme s’immisce dans toutes les parcelles de la société. Il impose partout sa vision de la réussite, ses impératifs budgétaires, sa rationalité mécanique au service d’on-ne-sait-quoi, mais au profit d’une poignée bien identifiée.

Jusqu’aux espaces les plus contestataires, cette logique s’applique. Les services publics, qui avaient été jugés trop important pour les lâcher dans la fosse commune. Les relations humaines, qu’on coupe à l’aide de murs froids que l’on érige en divisant pour mieux régner. C’est la généralisation du contrat dans la vie quotidienne : le gagnant-gagnant. La rationalité du marché se totalitarisme, elle annihile la gratuité dans l’acte, d’une certaine manière, l’humanité… et la nature.

Les OGM

Rien d’étonnant donc, ces OGM. Pour un marché obnubilé par les chiffres de la bourse, l’imperfection du monde réel a un truc d’inconcevable. Devant un écran d’ordinateur, 1 et 1 font 2. Dans la réalité, il y a une part d’inconnu, on peut être seulement une part de prévisible. C’est ce qui la rend belle, en fait. De toute évidence, vouloir rationaliser la nature a quelque-chose de fou. Mais comme on parvient à tout soumettre à une règle stupide, pourquoi pas cela.

Les OGM sont la conséquence logique d’un processus économique et politique. Pour plus de profit, il faut que le monde soit parfait et surtout parfaitement structuré par le marché. La nature doit suivre ce long chemin de nos sociétés modernes. Mais c’est également le brevetage du vivant, le sacrifice de notre biodiversité ou la destruction de nos espaces naturels qui répondent à la même logique. Qui pouvait croire qu’une telle aberration était sans conséquence sur notre santé ? Soyons sérieux…

 

Les dernières révélations sur les OGM ne sont pas les premières. D’ailleurs le principe même de leur commercialisation massive avant ce genre d’étude est un assassinat. Mais c’est la surface visible d’un iceberg. Le marché sacrifie tout ce qu’il englobe, des usines qu’il démantèle aux êtres humains qu’il plonge dans une course meurtrière contre personne. C’est pourquoi aucune lutte écologique ne peut s’entendre sans une remise en cause (révolutionnaire) de ce principe. Ça identifie les imposteurs, et ce qu’ils s’apprêtent à voter. Dans quel camp êtes-vous ? À bon entendeurs.

Romain JAMMES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s