P***** de rentrée !

Le bon signe, quand les oiseaux vous réveillent le matin, c’est que vous vous levez après eux : les vacances. Et bien tout ça c’est fini, enfin pour certains, car de plus en plus de gens, dont je fais récemment parti vont prolonger le farniente dans les files de Pôle Emploi. De quoi chopper des coups d’halogène ou finir avec une crise d’épilepsie devant les sites Internet appropriés aux circonstances (non je ne parlais pas de Facebook).

Mais ceux qui souhaitaient une rentrée pépère vont être déçus. Un gouvernement plan-plan ne veut pas dire que le mouvement social va l’être. D’ailleurs mon p’tit doigt me susurre (j’utilise ce genre de mot pour garder vive l’attention des jeunes éphèbes)… Je disais, mon p’tit doigt me susurre qu’il y a de la bataille dans l’air et mon p’tit doigt, en bataille (de pouce) il y connait un rayon…

Le calendrier

Il y a d’abord eu l’inaction du gouvernement face aux nombreux plans sociaux. Oh c’était l’été, c’est le genre de moment où on peut (malheureusement) tout se permettre sans prendre une grève dans la gueule, d’autant que certains travailleurs sont au chômage technique. La rentrée va rappeler à certains le goût des pavés, notamment chez Peugeot, pour qui la marmite boue à en faire tomber le couvercle.

Il y a aussi ces doux foutages de gueule dignes de l’augmentation du SMIC mais version « cadeau aux pétroliers » et « logement ». Le blocage des prix de l’essence s’est transformé en une baisse de quelques centimes. Visiblement, la facture sera pour l’Etat (pour moitié certes mais c’est déjà trop)… donc pour nous (puisque TOTAL paie à peu près autant d’impôt sur ses bénéfices que votre serviteur*). Evidemment, comme l’a expliqué Apathie, ce n’est surement pas chez les distributeurs ni les raffineurs qu’on trouvera la maille pour régler le problème.

Version « logement » ça donne une augmentation du livret A de 25%. Non je ne parle pas du taux (faut pas déconner non plus), mais du plafond que les français moyens, gagnant moins de 1500€, ont un mal de chien à remplir. Au fond ce n’est pas une mauvaise chose bien sûr, d’ailleurs la promesse électorale était de doubler ce plafond (on en est loin). Mais ce n’est pas tant le financement que la volonté politique qui fait obstacle à la construction de logements sociaux. (Pour ceux qui ne savaient pas je rappelle que le livret A finance le logement social.)

D’autres exemples s’ajoutent évidemment aux précédents. La politique de Valls en matière de Roms (que je n’ai pas découvert puisqu’il a été mon maire, président d’agglo et député) est comme la cerise sur un gâteau de déceptions pour de nombreux citoyens. La rentrée cristallise donc un certain nombre de mécontentements et le nouveau traité européen risque bien d’allumer l’étincelle.

* sauf que moi j’en ai pas en fait

Le TSCG

Ah qu’il était beau ce traité préparé par Sarkozy. La promesse électorale (pourquoi je m’évertue à m’y référer alors que tout le monde sait que c’est de la connerie)… donc cette promesse c’était de renégocier ce pacte notamment en y intégrant un volet « croissance ». Evidemment, nous, sales gauchistes, on n’était pas très contents. Mais la réalité s’est révélée encore pire puisque que les négociations sont quasi-inexistantes et que ladite croissance ne fait l’objet que d’un ridicule pourcent d’investissement qui ne fera pas longtemps illusion. Le fond du traité, lui, est intact : austérité, austérité et… austérité. Puis si vous n’êtes pas content un arsenal répressif est prévu pour les pays récalcitrants. « What else ? » diraient les financiers.

Alors ce magnifique pacte sera validé par le parlement en octobre (et non septembre comme le gouvernement l’espérait). Cela laisse donc 1 mois aux forces politiques et sociales pour s’organiser autour de la demande d’un référendum. C’est une demande qui va de soi, elle rassemble largement à Gauche, y compris les socialistes et les verts, et elle rappellera au gouvernement le douloureux souvenir de 2005 où le peuple s’était vilement exprimé. Cette bataille mêlée à toutes les autres promet de faire du bruit. Alors ne trainons pas et partout en France faisons des collectifs pour un référendum et rendons nous tous à Paris le 30 septembre pour montrer de quelle voix on se chauffe.
Belle rentrée ? Pas pour tout le monde…

Romain JAMMES

Advertisements

13 réflexions sur “P***** de rentrée !

  1. Pingback: A samedi, chez moi, avec les « sans papiers » « Le Cri du Peuple

  2. Bonjour,

    Romain, Citoyen du front de gauche,

    Je ne suis d’aucun parti politique et à ce titre cela me permet en toute liberté de pouvoir parler sur tous les partis sans exception.

    Sans vouloir défendre l’ancien et l’actuel gouvernement, bien au contraire, il est toujours facile de critiquer mais vous au front de gauche, que feriez-vous à leur place aujourd’hui ?

    Je souhaiterai ouvrir le débat suivant si vous en êtes d’accord : Que ferait le front de gauche s’il était au pouvoir aujourd’hui ?

    Que feriez-vous pour lutter contre le chômage ?
    Que feriez-vous pour redonner du pouvoir d’achat aux français ?
    Que feriez-vous contre les licenciements en général ?
    Que feriez-vous contre l’insécurité qui atteint des sommets ?
    Que feriez-vous pour lutter contre l’échec scolaire et l’illettrisme ?
    Etc…

    Cet exercice est ludique mais par les échanges des uns et des autres vous allez découvrir des choses s’il y a suffisamment de gens qui participe. Accepterez-vous la contradiction ?

    Bonne journée

    Filou91

    • Et moi qui croyais que la campagne présidentielle avait pour but de permettre à chaque citoyen de se renseigner un minimum sur les programmes des différents partis…

      D’ailleurs, si mes souvenirs sont exacts, Mélenchon a même sorti le programme du FdG sous forme de livre il y a des mois de cela avec très probablement toutes les réponses à toutes ces questions.

      • Bonjour,

        Emy,

        Je ne savais pas que le front de gauche était adepte de la pensée unique comme dans les sectes !

        Donc si j’en juge par votre réponse Emy, tous les gens du front de gauche pensent et doivent penser comme JLM ?

        Ce n’est pas sérieux. En lançant ces questions, j’attends les opinions de chacun d’entre vous pas celles d’un programme dont on sait tous qu’il est dans la surenchère. J’ose espérer qu’il y a au F de G des gens qui ne sont pas d’accord sur tous les points du programme de JLM.

        C’est ce débat là que je souhaiterai, pas celui d’un programme que tout le monde suit aveuglément.

        Merci

        Filou91

      • Comme vous y allez !

        J’ai juste évoqué un livre-programme pour répondre à la question : « Que ferait le front de gauche s’il était au pouvoir aujourd’hui ? ».
        D’ailleurs, cette question à elle seule pourrait vous valoir que je vous retourne votre remarque prétendant que tous les adhérents du FdG penseraient pareil.

        Le principe d’un débat, c’est de discuter des idées, des faits et des opinions, pas des interprétations fantaisistes sur ce que l’on s’imagine que l’autre sous-entend en disant tel ou tel mot. Dans le cas contraire, c’est chez un psychanalyste que l’on se rend pas sur un blog politique.

  3. Pingback: Ne réclamons pas seulement notre dû, résistons ! | Parti de Gauche – Seclin Sud Métropole (Nord)

  4. @Filou91

    Tes questions sont pertinentes mais demandent une réponse sérieuse. C’est à dire nettement plus longue et argumentée qu’un billet de blogue. Tu trouveras cela par exemple dans « Nous, on peut » de Jacques Généreux, édité par le Seuil. Ce prof d’économie à Sciences-Po présente l’avantage d’être compétent et d’écrire d’une façon agréable pour le non-économiste. Même s’il est l’auteur de manuels d’économie qui sont les best sellers du genre dans les universités et les grandes écoles…

    • Partageux bonsoir,

      Jacques Généreux est très certainement un bon prof d’éco, il y en a d’autres qui pensent autrement, qui a raison ?

      Est-ce qu’il vit dans une citée ? Vit-il près de logements sociaux ? Combien gagne t’il par mois ?

      Ce qui m’intéresse se sont les commentaires des gens de la base, pas ceux qui écrivent dans les livres.

      Petite anecdote, les américains appellent cela le « french paradox ». Nous français, râleurs, tout le temps en vacances, grèves, etc… sommes parmi les pays les plus productifs au monde alors comment expliquer que nous avons les meilleurs ouvriers du monde et pourtant économiquement nous sommes mauvais ? Qui a le pouvoir dans les entreprises, le smicar ou le nanti à la tête ?

      C’est tout ça qui m’intéresse de lire pas les livres d’économiste, de politiciens qui ne connaissent rien à la France d’en bas. Alors de grâce, ne me citez plus les multiples ouvrages et dites moi plutôt ce que vous vivez, ce que vous ressentez, ce que vous souhaitez !

      Merci

      Filou91

      • Alors allons-y avec mon cas personnel. J’ai un DESS de sociologie et ferai un de ces jours une thèse de doctorat. Je suis né dans une « maison » où il n’y avait pas l’eau courante et l’eau de la bassine pour se laver gelait dans la pièce où nous dormions pendant les nuits froides. Comment dois-je m’y prendre pour différencier radicalement mon savoir universitaire et mon origine sociale ?

        Aujourd’hui je vis dans une copropriété qui était cossue lors de sa construction en 1965. Certains vieux qui habitent ici depuis 1965 ne parviennent plus à payer les modestes charges de copropriété. De l’autre côté de la rue il y a une grande cité HLM. Si le statut des bâtiments diffère, je me gratte la tête pour trouver d’autres différences… Ça ne saute pas aux yeux. Des deux côtés de la rue je vois des chômeurs au long cours comme des gens aux revenus modestes. Des gens originaires de toute la planète. Des clients du Lidl et de l’hyper Intermarché.

        Que voulons-nous ? C’est là que commencent les différences. Je n’ai pas souvenir d’avoir subi un contrôle d’identité au cours de ma vie. Faut préciser que je suis blanc. Mes voisins de toute la gamme des couleurs me disent qu’ils en ont marre des contrôles d’identité incessants. Un copain exerçant la profession de maçon, activité ô combien répréhensible, me dit qu’il subi en moyenne un contrôle par semaine. Alors mes voisins nés au Cambodge, au Vietnam, en Turquie ou en Afrique demandent l’arrêt des contrôles quand je ne sais même pas ce que c’est…

        Je peux prendre ma casquette d’intello sociologue pour en causer — je me souviens d’un magnifique texte d’Alain Badiou parlant des contrôles subis par son fils adoptif noir — ou prendre mes yeux de père de famille. Mon fils n’a jamais vu son père subir le moindre contrôle. Ses deux copines de jeu, elles habitent la cité, ont vu leur père arrêté x fois le temps que la police vérifie que la voiture n’a pas été volée parce qu’un moitié noir qui conduit une grande voiture en bon état avec deux gamines à l’arrière, c’est pas un maçon père de famille, c’est du louche à éclaircir…

        Que voulons-nous ? Bah nous sommes tous en quête du bonheur. Et ce bonheur passe par la satisfaction de besoins matériels essentiels qui ne sont plus toujours assurés. Et par des relations paisibles où nos voisins ne seraient plus regardés comme des concurrents, des étrangers ou des ennemis. Certains nous expliquent que la France n’a plus les moyens de nourrir, vêtir, loger, éduquer tous ses enfants tandis qu’un Généreux nous explique que cela ne dépend que de choix politiques…

  5. Pingback: La rénovitude » Blog Archive » Exclusif: on a retrouvé le vrai texte du TSCG

  6. Pingback: Journalisme : l’investigation et la cour de récréation « L'Art et La Manière

  7. Pingback: TSCG, ce sont les autres qui en parlent le mieux « Le Cri du Peuple

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s