On a testé pour vous : déménager à Toulouse !

On était un peu à l’étroit, dans notre bonne vieille banlieue parisienne. On y a passé des années, presque toutes à vrai dire, à voguer entre les friches de Corbeil, les places d’Evry, les quartiers alentours ou les champs entre Lisses et Vert-le-Petit. On ne comptait plus nos journées à errer entres les murs tagués de la fac d’Evry, à enjamber les tourniquets pour éviter la facture salée d’un aller-retour vers Paris. Réguliers comme une messe, nos pieds venaient, chaque dimanche, frapper la balle sur le terrain de Saint-Michel-sur-Orge. Bref, notre vie roulait pépère… Sauf cette vague impression qu’il y a peut-être un autre monde à découvrir.

Car, à n’en pas douter, cette banlieue a un certain goût amer. L’esprit humain qui en faisait le charme n’a pas pris tant de rides, mais un je ne sais quoi (qui nous agace) transforme les chaudes briques en murs froids. Beaucoup de villes se réduisent à de grands immeubles entourés de barrières menaçantes. Les centre-villes, quand ils existent, se transforment en addition de banques et d’agences immobilières qui vantent les nouveaux habitats hyper-sécurisés. Les activités meurent avec, se concentrant sur Paris ou la petite couronne. L’étalement urbain défigure les paysages et les quartiers encore vivants sont stigmatisés à souhait par les médias, quand ils ne sont pas étranglés par le clientélisme qui exacerbe les tensions.

Rien de réjouissant donc, et la perspective d’aller sur Paris régulièrement trouve vite ses limites. Cette ville bouillonne d’activités mais reste froide comme la coque d’un sous-marin, dure comme du pain rassi ; pleine de m’as-tu-vu et de pintes à 7€. Bref, très peu pour nous…

Le cœur au sud

Nous, nous restons des enfants dans les tourments de l’humain moderne. Le cœur ancré à gauche, la tête d’autant plus. Généreux, car la société est un tout et non une somme, et un peu grande gueule parce qu’on sait que ce n’est pas tout à fait vrai. Nous sommes taillés pour le sud malgré nos origines normandes (bon, Flo a son côté Sarazin). Et la déchirante séparation de notre groupe d’inséparables ne pouvait étouffer l’envie d’une vie différente. Plus humaine en fait…

Alors l’idée a fait doucement son chemin depuis un soir de décembre où, laissant une partie de mon cerveau prendre les commandes, j’ai imaginé une migration salutaire. Les idées deviennent des forces matérielles quand elles s’emparent des masses. Et comme mes neurones se sont convaincus uns à uns, j’ai fini par ne plus penser qu’à cela. Flo bouillonnait depuis longtemps, lui aussi, à l’idée partir loin de chez nous, trop loin parfois. On a donc décidé de tester pour vous les briques romaines et les murs roses de Toulouse… Attention, top départ !

Et comment ? – !

Maintenant que c’est dit, partir n’est pas une sinécure. Mes quelques déménagements se sont faits à coups de multiples aller-retours de Scenic pleins à craquer. La chose est peu envisageable quand on fait un bond de 700 km, d’autant que nos inséparables affaires inutiles s’accumulent avec inconséquence. On trouve un transport sans se ruiner (quoi que), je visite des apparts de toutes les couleurs après des journées de marche à pied dans les rues toulousaines et on finit par se retrouver à deux pas de la place Saint-Pierre. Un quartier calme avec vue dégagée (ou pas).

Je pars avant pour les papiers, dors quelques jours sur le carrelage rafraîchissant avec mon duvet de fortune. Je prends beaucoup de leçons de chaque jour qui passe. Je me sens presque chez moi. Les épiceries, les Grecs, les musiques orientales de la rue Parga ; un peu plus loin une bicoque d’Amérique Latine et quelques bars à tapas. Cette ville est cosmopolite, ça me plaît. Mon appartement vide me pousse d’autant plus dehors, j’ai l’impression de vivre dans la rue. Un bouffée d‘oxygène dans un monde où beaucoup préfère se couper du monde derrière 3 digicodes.

Notre imagination trace finalement des réalités aussi justement que nos affaires rentrent dans 25m3 roulants sur l’Occitane. On a testé pour vous : déménager à Toulouse ! On a testé pour vous : réaliser ses envies…

Romain JAMMES

Publicités

7 réflexions sur “On a testé pour vous : déménager à Toulouse !

  1. Ha tu verras tu verras, tout recommencera tu verras tu verras, la vie c’est fait pour ça tu verras tu verras, tu l’auras ta maison avec des tuiles bleues, des croisées d’hortensias des palmiers plein les cieux…
    Bon courage pour votre nouvelle aventure les baroudeurs !

    • A ce que je lis, tu n’as pas encore découvert l’un des plus beaux endroits de Toulouse.
      Une petite librairie, rue Gambetta, avec au fond, à gauche, un fin couloir biscornu. Un couloir qui donne sur un immense espace, à l’atmosphère d’autant plus prenante qu’elle se trouve, par la force des choses saturée de cette odeur si caractéristique de papier et d’encre, de culture et d’histoires, de livres, tout simplement. Quelques fauteuils, un petit espace café-terrasse, bon nombre de découvertes en perspective, et surtout un génial remède contre le blues et les coups de cafard. Ça s’appelle Ombres Blanches.

  2. J’espère que la vie y sera plus facile qu’ici, et un peu plus humaine et chaleureuse. Je pense m’éloigner moi aussi de la région ile-de-françoise. C’est pas que ça devient scandaleusement cher, mais j’aimerais avoir la chance d’acheter une maison à crédits…
    Toulouse a l’air d’être une ville pleine de richesses et de vie, je ne pense pas que tu t’y ennuieras ^^

  3. salut! jai lu votre petite histoire avec grande curiosité. je souhaite partir minstaller a toulouse aussi. je suis sur nice. et je nai aucune idee de comment my prendre.. mais je garde la patate! surtout quand je lis des choses comme ca!

  4. Pingback: On a testé pour vous : avoir un pote qui se marie… | L'Art et La Manière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s