Archive : Notre combat laïque

La campagne présidentielle est un moyen extraordinaire d’échange d’idées. Un moment d’éducation populaire sans égal car l’attention politique est à son maximum. L’apathie dont je parle régulièrement, s’estompe un instant, même brièvement, comme c’est rarement le cas. Toutefois, la personnalisation à outrance et la réduction du débat politique à une course de chevaux dopée par les sondages ont tendance à briser l’importance que peut avoir ce moment. Le grand bouleversement dont il peut être l’origine est un peu estompé…

Quoi qu’il en soit certains débats sont occultés, réduit ou caricaturés. Depuis septembre par exemple, la question de la dette publique et de la crise de l’Euro écrase l’ensemble des autres thèmes à aborder. Quelques mois plus tôt, le Front National et la Droite Populaire avaient instrumentalisé la laïcité pour attiser les tensions avec des propos islamophobes. Je ne doute pas que la manœuvre était électorale en partie, mais je ne doute pas non plus du fond de la pensée des fascistes qui composent ces deux mouvements.

Pourtant cette question de la laïcité est fondamentale. Elle est un des piliers sur lesquels repose notre république et notre manière collective de nous représenter le monde. Elle seule garantit la liberté de conscience de tous les citoyens. Abandonner ce terrain, comme le fait le PS, ou l’attaquer durement comme ce qu’entreprend Sarkozy ou Le Pen, ce n’est pas à prendre à la légère. Voilà pourquoi je veux aborder cette question, du moins présenter ma manière de voir les choses : je suis très loin d’être spécialiste

Origines

Certains avancent que le christianisme porte en germe la sortie de la religiosité de l’ensemble des institution et plus largement le désenchantement du monde. Cette réflexion analyse notamment le passage d’un polythéisme, qui accorde un dieu à chaque moment de la vie ou chaque institution et fait social, à un monothéisme qui construit une relation propre entre chaque individu et Dieu. C’est aussi le « rendre à César ce qui est à César » qui fait dire à d’autres que la religion se détournerait dès lors progressivement de l’autorité temporelle. Ce n’est pas l’approche que je vais avoir. Déjà parce que, politiquement, elle moins révélatrice des dynamiques que je veux mettre en évidence ; ensuite, parce que, chacune à sa manière, ces théories ignorent les dynamiques sociales et les rapports de forces qui interviennent dans l’émergence de la laïcité.

La tyrannie chrétienne qui a suivi la chute de l’Empire romain a démontré de manière assez incontestable que le christianisme jouait comme une force politique que seules arrêtaient d’autres forces politiques en conflit. C’était un élément du rapport de forces en Europe. C’est essentiellement l’émergence de la Réforme qui a jeté un pavé dans la mare. Je ne parle pas tant des différents royaumes qui ont officiellement épousé cette obédience que des conséquences de la montée en puissance d’une contestation à un ordre qui semblait immuable. Je veux bien sûr parler des guerres de religion. Ces événement ont vu des villes, des villages, des quartiers et des familles s’entre-déchirer. Les morts ont été très nombreux, bien plus en une nuit pour la Saint Barthélémy que pendant toute la période de la Terreur (on en fait pas autant de foin pourtant). Les sièges ont également ouvert aux horreurs du cannibalisme et à la délation la plus abominable.

Les ignominies commises pendant ces guerres, particulièrement en France, ont interrogé beaucoup de philosophe (huguenots pour l’essentiel) sur la condition humaine et sur la manière de concevoir la paix sociale. La réflexion qui en a émergé, s’il faut la résumer, consistait à se dire que la paix ne pouvait être garantie dans l’unique condition que le souverain puisse représenter la diversité religieuse du peuple. Or une telle diversité religieuse n’était possible que si le peuple lui-même était le souverain. L’idée démocratique a fait sa renaissance à travers la recherche des conditions de la liberté de conscience. Ces deux concepts, dans leur évolution, seront toujours très liés. Ainsi Laïcité et République sont toujours sœurs.

Les Lumières

Ce sont d’ailleurs les Lumières qui ont participé à cette évolution commune, chaque philosophe à sa manière, certes. Mais si l’on doit retenir une réflexion particulièrement représentative de leur apport, c’est que la Raison est universellement partagée. Cet argument venait notamment répondre aux nombreux philosophes grecs qui considéraient le peuple incapable de prendre les bonnes décisions pour la cité. Chaque citoyen devait simplement apprendre à se servir de cette raison et se donner le droit de l’appliquer à tout : régimes politiques, traditions, dogmes religieux. Ainsi donc, la raison par laquelle le peuple devient souverain est l’instrument d’émancipation du peuple de la religion. Dit autrement, le citoyen devant agir publiquement, voter, en fonction de l’Intérêt Général défini par sa raison, aucun obscurantisme, aucune vérité révélée ne devait lui être alors imposer dans ce choix. De facto la religion devenait une affaire privée et non plus publique : « aux juifs en tant que juif, il ne sera rien attribué. Aux juifs en tant que citoyens, il sera tout attribué ». La laïcité devient aussi la considération par laquelle tout être humain est un citoyen avant d’appartenir à tout autre communauté (sociale, religieuse, ethnique, sexuelle,…). C’est l’égalité !

C‘est cette même idée que la Raison est partagée par tous qui a fait émerger l’idée d’une éducation nationale dont l’expérience de notre histoire révolutionnaire montrera la nécessité, notamment suite à la débâcle de la Seconde République débouchant sur 30 ans de dictature militaire.

Mais je reviendrais sur la période révolutionnaire et sur le XIXe siècle dans une prochaine note à ce sujet =)

Romain JAMMES

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s